A : Sommes nous des rats de laboratoire ?

Je me suis procuré l’excellent livre de Christian Dufour préfacé par Jacques Salomé, intitulé « Entendre les mots qui disent les maux ». Je remercie l’auteur, médecin généraliste, comme je respecte, avec plus de trente de métier, d’avoir écrit ce livre extraordinaire qui permet aux personnes comme moi de comprendre un peu plus les arcanes de l’inconscient qui nous habite à chacun. Merci encore !

Je rapporterai quelques extraits du livre dans un avenir proche mais ici, il est question de rats. Les rats comme tout le monde le sait sont des animaux grégaires, vous me direz les moutons aussi 😉 Les expériences conduites sur des moutons, qu’il y en aient, cela ne m’étonnera pas, doivent être plus difficiles à mener par rapport à celles que les scientifiques peuvent mener plus facilement sur les rats de laboratoire.

Par ailleurs, je ne peux le confirmer, mais mon regard sur la Société, ainsi que mes semblables depuis des années et mon intuition qui m’a donné raison maintes fois sur les événements passés, me poussent à émettre que les expériences que les scientifiques (notamment les jeunes thésards s’extasiant devant une bourse donnée par une boîte privée et prestigieuse pour étudier un truc précis dans un domaine bien particulier)  mènent à leur insu, servent non à l’amélioration de la vie mais plutôt à sa destruction.

Pour preuve, des millions, voire des centaines de millions dépensés depuis des décennies pour soi-disant endiguer la progression du cancer ne donnent toujours pas de résultats probants à part et toujours la même solution, à savoir la chimio et les rayons X. Certes, certains diront que je suis mauvaise langue car il y a eu des progrès, mais je rétorquerai que les quelques progrès accomplis dans le domaine, au regard des millions dépensés que l’on ne compte plus,  démontrent que soit les scientifiques sont des nazes (excusez le terme, mais cela fait du bien de temps en temps) ou alors l’être humain est loin de maîtriser sa destinée quoique que les nouvelles technologies veulent nous faire croire, ou alors j’émettrai l’autre hypothèse que ces expériences en grande partie, en réalité, ne sont dirigées que vers des buts moins honorifiques, tels que, le pognon, la dilapidation du fric ou encore l’asservissement des masses.

L’auteur du livre dans un chapitre destiné à la « Peur » et la « Crainte » cherche à montrer la différence subtile entre ses deux états « psychiques » chez l’être humain. Afin d’étayer son argumentaire, il parle des expériences menées en laboratoire sur des rats pour leur instaurer la crainte et non la peur.

C’est ainsi qu’une première cage électrifiée sert à y introduire un rat afin de décrire son comportement. De cette façon, on met en évidence l’état de peur dans lequel le rat se retrouve, puisque aussi bien le sol que les murs sont électrifiés et il n’a aucun échappatoire. La seconde expérience consiste à disposer de deux cages avec une passerelle entre les deux, la première cage dans laquelle, on introduira le rat sera entièrement électrifiée et la seconde cage lui servira d’une havre de paix, cependant, il faudra qu’il traverse la passerelle, chose qu’il découvre après un certain temps une fois introduit dans la première cage. Enfin vient la troisième expérience qui consiste à électrifier la première cage seulement 30 secondes après l’introduction du rat. Au bout de plusieurs expériences, le scientifique constate que le rat reste dans la première cage et se déplace qu’au bout de trente secondes vers la seconde, juste avant que la première soit soumise à l’électricité. Ainsi, ils ont réussi à instaurer la crainte chez le rat. Une bonne partie des neurones du cerveau du rat sont mobilisés à se mettre en alerte sur la durée qu’il peut rester dans la première cage avant qu’elle soit soumise à l’électricité de peur de se faire électrifier. Chose étonnante, alors qu’après son introduction dans la première cage, ce dernier pourrait se rendre de suite dans la seconde, eh bien, non, ce con préfère rester dans la première, craintif, qu’il n’a qu’un certain temps de repos avant que le déluge vienne !

Je vous laisse contempler comment la cage Société est un grand laboratoire et comment nous les rats réagissons ! C’est beau la Science 😉 Pourvu que nous les rats, on en tire un avantage sur le laborantin 😉

Allez, je vous laisse méditer un peu si vous avez le temps lors d’une pause télé 😉


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.