EM : Question sur l’influence du diamètre du circuit Lakhovsky

Je viens de recevoir un courrier d’un nouvel abonné que j’expose ci-dessous.

Je cite,

Bonjour

Je viens d’adhérer à votre site, j’apprécie grandement vos recherches et expérimentations. Je m’intéresse depuis 2 ans à la bioénergie et à l’action de l’électromagnétisme sur le vivant. J’ai découvert les travaux de M. Lakhovsky ce WE, c’est comme cela que je suis tombé sur votre site.

Je me passionne pour tenter de comprendre ces thématiques, les expérimenter, et si possible me les approprier. Je suis heureux de voir que je ne suis pas seul à être dans cette dynamique !

Après avoir parcouru quelques uns de vos articles, j’ai vu que vous avez lu comme moi le livre de Robert o becker (body electric). Je me dis qu’une rubrique bibliographie pourrait être intéressante sur votre site pour les abonnés (à moins qu’elle y soit et que je ne l’ai pas trouvé).

J’ai à ce propos étudié les recherches du Dr Clark à propos des sources des maladies, je me suis fabriqué un zapper piloté avec un Arduino et j’ai un synchromètre qui est en chantier. Les circuits oscillants ont l’air d’être un terrain d’expérimentation exaltant !

J’ai lu avec intérêt vos expériences sur les circuits oscillants, et leurs effets en fonction de la longueur de la boucle. Cependant, je me demande quel impact peut avoir le diamètre du circuit ? Je vois que sur votre simulateur, cela n’apporte aucun changement. En avez vous une idée ?

au plaisir d’échanger avec vous.

Cédric,

Fin de citation

Tout d’abord, je vous remercie pour votre retour sur le site. Pour la notion de bibliographie, c’est une très bonne idée, je vais y réfléchir et créer une page qui va lister les livres que j’ai lus ou suis en train de lire.

Pour la version courte de la réponse, je dirai que le diamètre du circuit doit jouer un rôle si nous partons du principe que le circuit Lakhovsky est un élément filtrant ou une sorte de condensateur, c’est-à-dire un excitateur. Lakhovsky avait théorisé que c’est un élément filtrant, je me demande si ce n’est pas plutôt un élément qui serait un excitateur, puisque le circuit est un résonateur au final, au sens où il entre en résonance avec une fréquence donnée, donc le diamètre du circuit qui est lié à la longueur du fil de cuivre (ou du métal) doit jouer un rôle. J’ai d’ailleurs tenter de montrer cette différence avec le vin et les plantes et les noyaux d’avocat sans succès, si vous avez le temps et l’envie de lire la réponse longue, vous comprendrez pourquoi il est difficile d’y parvenir avec précision.

Pour ce qui est de la section du fil, est-ce que la section du fil joue un rôle, il est possible mais je n’ai pas fait de tests. D’après la Science orthodoxe, et de ce que j’ai compris, cela n’a pas un grand impact, du fait que seuls les électrons en périphérie du métal sont sollicités, du moins ce que je dis est vrai lorsque le courant circule.

La version longue

Accès protégé, nécessite un abonnement. Voir page Abonnement


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Circuits oscillants, Electromagnétisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.