AC : Retour d’un thérapeute au sujet du ColloidGen

Je viens de recevoir une réponse à une question que j’ai posée à un thérapeute qui s’est procuré le ColloidGen récemment. Je voulais notamment connaître son ressenti. Je cite ci-dessous mon courrier et puis sa réponse, j’apporte ensuite une réponse à son courrier …

Mon courrier que je cite,

Bonjour,

Comment allez-vous ? Je reviens vers vous pour savoir ce que pensez-vous du ColloidGen. Vous pouvez être tout à fait franc, et si vous le recommanderiez à votre alentour?

Cordialement,

Fin de citation

Et sa réponse ci-dessous,

Je cite,

Bonjour,

Je vais très bien, je vous remercie.

Concernant le ColloïdGen, je suis tout à fait satisfait pour mon usage personnel car la qualité est légèrement supérieure à ce que je produis déjà depuis plusieurs années …, par contre c’est beaucoup plus lent, puisqu’avec mon système je produis 1 litre en 1 heure, 20 ppm et j’arrive aussi à 25 ppm avec une petite astuce. Bien sûr, je vais le recommander car il est à un prix correcte et facile d’utilisation.

Dans tout cela, la question des ppm reste ouverte… J’ai vu de tout et tout peut être « juste », c’est comme toujours. J’ai vu un médecin aux USA qui prônait le 1/10 de ppm (mais n’ai plus les références) et vient de voir un fournisseur qui ne jure qu’à partir de 400 ou 500 ppm.

Avec mes meilleures pensées

Marcel

Centre Energie et Santé

Fin de citation

Je comptais vous écrire directement, mais après réflexion, je me suis dit autant écrire sur le site afin que ma réponse soit bénéfique pour tous. Merci pour le retour sur le ColloidGen, je vous en remercie. Pour les ppm, j’ai régulièrement des personnes qui m’écrivent sur la concentration à partir de laquelle l’argent ionique/colloïdal serait efficace. Vous avez raison par ailleurs de dire que « j’ai vu tout et tout peut être ‘juste’« , fort heureusement, la pensée unique n’a pas nivelé tout le monde et il y a beaucoup de diversité entre nous tous, certains pensent que les grosses concentrations sont bénéfiques et d’autres comme moi, pensent que cette idée que nous avons de beaucoup est issue d’une formation qui nous a été imposée, je m’explique, certains veulent beaucoup d’argent et même s’ils en ont, ils veulent en amasser encore et encore, alors que d’autres s’en satisfont avec une certaine somme. Certains pensent qu’il faut s’alimenter beaucoup ou mieux afin d’apporter beaucoup d’apport d’énergie sous forme de calories à leur corps, alors que d’autres jeûnent et même se nourrissent de lumière et vivent sans plus mal se porter.

D’ailleurs, à ce sujet, je compte apporter quelques écrits d’un livre que je suis en train de lire où scientifiquement, il est prouvé que nous pouvons vivre sans se nourrir au sens propre du terme, déjà il y a cents ans, Lakhovsky avait prouvé à son époque que tout être vivant sans le rayonnement cosmique serait dépourvu de toute vie sur terre et même dans l’univers, mais ceci est un autre sujet que je compte aborder un jour prochain.

Plus concrètement pour revenir au sujet des ppm, vous avez compris, je suis plutôt partisan de faibles concentrations de ppm, pourquoi ? Parce que j’ai vu avec mes allergies que j’ai traitées pendant un an qu’une concentration de 5 à 7 ppm suffisait, vous me direz oui mais si vous aviez utilisé du 20 ppm, cela aurait accéléré le processus de guérison, peut-être, mais psychologiquement, je n’étais pas pressé, par ailleurs pas sûr que le processus aurait accéléré, je n’en sais rien à vrai dire, mon intuition me dit qu’un corps malade a aussi besoin de se remettre de sa maladie progressivement, mais cela ne veut pas dire non plus que l’on ne peut pas essayer. Il faudrait essayer. Ceux qui avancent qu’une concentration à 400 ppm serait efficace apporteront certainement des études scientifiques pour justifier leurs dires, cependant, on peut tout autant trouvé des études scientifiques qui diront l’opposé, l’exemple du cancer de la gorge du à la cigarette est un bon exemple, sommes-nous certains que c’est le tabac qui cause le cancer ou les additifs chimiques ?

Bref, en partant de mes expériences personnelles et étant plutôt partisan de faible concentration, j’ai conçu le ColloidGen en bridant le courant qui est débité, d’autant plus qu’avec mes lectures du livre de Frank Goldman, il semblait qu’un courant limité en basse tension permettait de maintenir la grosseur des particules produites dans une certaine limite acceptable. Cependant, avec le ColloidGen, vous allez pouvoir monter en ppm très rapidement si vous le souhaitez, je n’ai pas fait le test, mais reste à faire, je vous donne la technique ci-dessous.

Vous choisissez l’option X pour métal, cette option est une option spéciale que j’ai introduite pour faire de la galvanoplastie, même si le courant débité ne le permet pas vraiment ou du moins ne permet pas à la procédure d’être efficace. Cette option détermine une fois pour toute et pour toute la durée de la fabrication l’anode et aucun changement de polarité intervient.

Vous rapprochez en pliant un petit peu les bouts des électrodes pour réduire la distance entre les électrodes et vous démarrez la fabrication. Vous verrez que la concentration va monter en flèche, mais vous aurez aussi des dépôts et peut-être avec un peu de chance, votre solution ne tournera pas au jaune, ensuite vous filtrez et vous mesurez votre concentration avec un appareil de mesure et vous aurez, allez, du 10 ppm facile en 40 minutes, j’avoue je n’ai pas fait le test. Faire du 20 ppm en une heure sans dépôt, votre appareil ne doit pas brider le courant, car au final, c’est le courant débité qui permet d’augmenter la production d’ions Ag+ et donc une augmentation de la concentration. Après la question reste à savoir, quelles sont les tailles des particules ?

J’avais justement contacté un laboratoire pour faire analyser une solution, le prix était élevé 500 à 600 euros et il fallait déterminer ce que l’on voulait chercher, c’est comme une analyse de sang, dans mon cas, l’étude devait se porter sur le contenu en concentration d’ions Ag+ et la grosseur des particules argent, or les deux ne sont pas compatibles, deux techniques existent, une chimique qui identifie les ions dissous en solution, on ne parle évidemment pas des ions ici, et l’autre technique, c’est physique, qui consiste à déterminer la grosseur des particules en argent et c’est de ça dont on parle.

Bref, je vous remercie pour le retour

Meilleurs salutations


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, ColloidGen II, Expériences. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.