MC : Questions sur l'utilisation du ColloidGen dans la fabrication du cuivre et du magnésium

Je viens de recevoir donc un courrier d’un acquéreur de ColloidGen qui me pose quelques questions sur l’utilisation de celui-ci pour le magnésium et pour le cuivre. Ci-dessous, le courrier.

Je cite,

Je tente de fabriquer aussi du Magnésium et du cuivre en suivant les recommandations (durée, voltage,….) indiquées dans les « Instructions d’utilisation du générateur ColloidGen 1. En ce qui concerne le cuivre, vous parlez d’un effet Tyndall très fort, ce que je n’obtiens pas. J’ai aussi des doutes avec le magnésium car il n’y a quasiment aucun effet Tyndall non plus. Mon eau est une eau bidistillée qui tourne autour de 0,4 ppm et mes électrodes proviennent de chez Pulsar. Je n’ai pas trouvé réponses sur le site mais j’ai peut-être été distrait aussi.

Fin de citation

Concernant le magnésium,

J’ai écrit toute une série d’articles sur son électrolyse et notamment avec le ColloidGen. Je vous invite à lire donc les articles suivants :

MC : Électrolyse du magnésium, écrit le 12 novembre 2011 (avant la sortie du ColloidGen)

MC : Électrolyse du magnésium (II) écrit le 12 avril 2013 (généralité sur l’électrolyse)

MC : Électrolyse du magnésium (III) écrit le 7 mai 2013 (expérience sur l’électrolyse)

MC : Électrolyse du magnésium (IV) écrit le 13 mai 2013 (expérience sur l’électrolyse)

MC : Électrolyse du magnésium (V) écrit le 17 mai 2013 (fabrication avec le ColloidGen)

MC : Électrolyse du magnésium (VI) écrit récemment (fabrication avec le ColloidGen, version IIet une périodicité autre)

En synthèse, ce qu’il faut retenir, le magnésium est très oxydable et la solution finale fortement ionique, contrairement à l’argent, la périodicité de changement de polarité pour fabriquer du magnésium ionique/colloïdal peut être plus importante, donc la concentration en ppm peut rapidement s’élever pour atteindre des nombres à deux chiffres avec peut-être un effet Tyndall moins important que dans le cas de l’argent. L’effet Tyndall est une cause de présence de particules ou de molécules à base du métal en question, alors que la concentration mesure la conductivité ionique de l’eau. Il faut peut-être régler votre périodicité à 1800 secondes ou 3600 secondes dans le cas du magnésium pour laisser l’électrode à l’anode de s’oxyder pour former des ions Mg++.

Pour le cuivre

J’ai également écrit des articles dans la série « MC : Electrolyse du cuivre avec la méthode LVDC », inachevée encore à ce jour (et reste à être compléter par la suite) mais qui débute tout comme le magnésium par des généralités et j’ai rapporté quelques expériences avec le ColloidGen que dans la page indications, mais en synthèse, quand je fabrique du cuivre avec le ColloidGen, j’utilise des périodicités de changement de polarités élevées et une durée d’électrolyse importante, par exemple une nuit toute entière et au final, j’obtiens une solution légèrement ionique et un effet Tyndall important, signe que les ions de cuivre ne restent pas dissous dans l’eau mais s’agglomèrent ou forme des molécules avec l’eau.

Accès protégé, nécessite un abonnement. Voir page Abonnement

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans ColloidGen I, Métaux Colloïdaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.