EM : L'aimantation des roches

Ce qui suit n’a rien d’extraordinaire en soi. La plupart des lecteurs peuvent, en recherchant sur internet, se procurer les informations ci-dessous, pourvu qu’ils s’y intéressent. Pour ma part, je m’intéresse depuis peu au magnétisme et il m’est toujours bon de revoir les fondamentaux. Un des points essentiels est entre autres de comprendre que le pôle sud magnétique terrestre est au pôle nord géographique. Rien que ce point est très mal compris par la plupart des mortels, normal, car on confond le pôle géographique nord avec le pôle magnétique nord, deux choses totalement différentes. Sans parler de l’intérêt du magnétisme pour l’organisme et comment l’utiliser. Depuis peu, j’utilise des aimants sur le corps et je me rends compte qu’il y a un vaste sujet de recherche dans la thérapeutique à explorer. Le magnétisme est une énergie éternelle et indestructible par l’humain, il peut être dévié, mais pas anéanti, il peut être bénéfique pour les êtres vivants comme néfaste.

Je cite*,

En présence d’un champ magnétique, certains matériaux peuvent acquérir une aimantation : certaines roches acquièrent donc une aimantation en présence du champ magnétique terrestre. En pratique, leur pôle nord s’oriente en direction du pôle sud magnétique terrestre, c’est-à-dire vers le nord géographique. Toutefois, cela ne suffit pas pour créer un aimant permanent : il faut aussi que l’aimantation se « fige ». En effet, dans un aimant, le « pôle nord » n’est pas forcément orienté vers le nord géographique. Il est « figé dans le matériau », quelle que soit l’orientation de l’aimant. Cela est dû au fait que ce type de matériau, les « spires » ne changent pas facilement d’orientation.

Une question s’impose alors : comment une roche telle que la magnétite a-t-elle pu acquérir son aimantation, si ces spires sont si difficiles à bouger ? Le faible champ magnétique terrestre aurait dû être incapable de les orienter toutes dans la même direction, pour en faire un aimant…

Pour y répondre, rappelons que ce sont les collisions entre atomes qui tendent à réorienter les spires dans un matériau. Or plus la température augmente, plus ces collisions donnent l’énergie nécessaire à cette réorientation.

Plus précisément, certains matériaux (notamment à base de fer) connaissent un véritable « changement d’état » à une température bien précise, appelée la « température de Curie » : au dessus de cette température, les spires se réorientent d’elles-mêmes du fait des collisions intenses, et le matériau devient « paramagnétique ». Le matériau s’aimante alors à proximité d’un aimant, mais perd cette aimantation dès qu’on le rééloigne de l’aimant. En revanche, en dessous de cette « température de Curie », les spires restent figées dans leur nouvelle orientation : le matériau est « ferromagnétique ».

Fin de citation

*Tiré d’un livre de physique …

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, magnétisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.