AC : Fabrication d'argent ionique/colloïdal avec le ColloidGen

La semaine dernière, j’ai commencé à fabriquer un litre d’argent ionique/colloïdal avec le « ColloidGen I » et j’avais une eau ultra pure au sens électrique. Comme d’habitude, je mesure en ppm mon eau avec mon testeur Com-100 et je compare la concentration en ppm avec la tension affichée sur le ColloidGen. Ces deux mesures donnent respectivement 0,1~0,2 ppm et 0,49~0,50 v. Mes quatre périodes (pour fabriquer de l’argent) sur le « ColloidGen I » sont toujours les mêmes, c’est-à-dire P1= 12 minutes, P2 = 5 minutes, P3 = 30 secondes et P4 = 15 secondes.

Eh bien, une fois le processus de fabrication des colloïdes démarré, j’étais sûr que la fabrication mettrait beaucoup de temps pour arriver à la cible, c’est-à-dire 1,2 volts, ce qui représente à peu près du 8 ppm.

Moralité, avec la même configuration du « ColloidGen I », plus votre est pure, plus vous mettrez de temps pour arriver à obtenir une même concentration finale. La pureté électrique de l’eau est un facteur déterminant dans la durée d’obtention d’une concentration voulue. Du coup, c’est là une souplesse du « ColloidGen I » qui est intéressante, contrairement à certains appareils qui ont une fréquence de changement de polarités figée, il est possible de modifier les paramètres P1, P2 du ColloidGen pour réduire la durée, toute en gardant en tête qu’augmenter de trop ces périodes, risque de produire un effet non souhaité, celui de l’emballement, c’est-à-dire, le risque de dépôts métalliques.

Une possibilité serait de repartir avec une solution ionique/colloïdale déjà disponible, dans ce cas, il faudra modifier la fréquence des périodes P1 et P2 pour éviter les dépôts et obtenir une solution cible à 1,5, voir 1,7 volts qui avoisine entre 15 et 20 ppm. Comme je n’ai pas une attente élevée en terme de ppm, autrement dit, les 8 ou 9 ppm me suffisent largement, j’aime autant partir avec une eau toujours la plus pure (électriquement) possible.

Enfin, la solution cible de 1,2 v (l’équivalent de 8,9 ppm) a été obtenue en 13 heures cette fois-ci. En espace de 34 minutes (12 min + 12 min = 24 min, ce qui représente la première période P1 et 5 min + 5 min = 10 min, ce qui représente la période P2) j’avais atteint la période P3 = 30 secondes, et cela a duré plus de 12 heures. Le plus dur dans l’électrolyse des métaux avec une eau ultra pure est le démarrage de la conductivité dans l’eau, une fois que cette conductivité est lancée, alors la rapidité de l’obtention de la solution est visible.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, ColloidGen I. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.