EM : La pensée quantique

Je viens de recevoir une série d’articles d’un certain professeur Christian Daniel Assoun que je vais publier sous le titre de la pensée quantique. Pour visiter les publications de ce dernier, merci de vous rendre sur le site du groupe http://www.glycangroup.com/. Je rappelle que je n’ai aucun lien commercial quelconque avec le site en question.

Je cite,

La pensée quantique – introduction (par Christian Daniel Assoun)

La médecine actuelle se structure en spécialités et toutes les sciences majeures, à savoir physique, chimie, mathématiques, électronique et bien entendu biologie contribuent à un progrès médical constant et important. La médecine est par essence comportementaliste.

Elle progresse de manière linéaire, soit par « vieillissement du concept », soit par frictions disciplinaires ou éthiques qui conduisent à des modélisations médicales souvent rigides. Le cadre strict de la pensée analytique ne prédispose pas à l’expérience quantique, elle induit dans ses propres modèles la « séparativité » et limite de ce fait le champ de l’expérience.

Elle compare, comptabilise, classifie les objets, les corps et les phénomènes. Elle utilise une conception linéaire conçue par elle comme étant « la réalité scientifique ». Dans ce cadre strict, il existe d’un côté des observateurs et de l’autre des objets d’expérience. Le rôle de l’observateur se limite par définition à une observation objective des phénomènes qui affectent les objets d’expérience. Ainsi, toute la pharmacologie moderne est basée sur l’observation clinique et la compréhension d’ailleurs plus ou moins juste de vecteurs chimiques sur l’homme ou l’animal.

Au contraire, la pensée quantique, enlève les barrières rigides qui séparent l’observateur de l’objet de l’expérimentation. De ce fait nous entrons de plein pied dans une situation « pluri-complexe » quantitative. L’expérience devient un ensemble d’observables régie par des opérateurs décrivant des fonctions d’état, le référentiel devient attracteur des objets quantiques qui se déplacent à la vitesse de la lumière (300.000 km/s ou 3*1010 cm/s).

Ainsi, la pensée n’est plus linéaire mais nous entrons dans une représentation volumique qualitative, une pensée volumique. Les intervenants (observateur et objet d’observation) ont basculé dans un autre monde qui n’est plus fondamentalement entropique. Grâce à ce mode de fonctionnement nous pouvons concevoir la matière et l’énergie de manière différente. Conséquences de la pensée quantique Si nous comprenons bien le sens de la définition ci-dessus, nous nous apercevons que dans leur essence de nombreuses techniques de soins naturels sont en fait des applications de la Médecine Quantique. Pour n’en citer que quelques unes, nous pouvons parler de l’énergétique de l’acupuncture, de l’homéopathie, du toucher quantique bien sûr, bref, toute méthode qui fait appel à un transfert d’énergie ou de mémoire est dans l’absolue une médecine quantique.

Pour notre part, nous nous intéresserons à ces transferts d’énergie et de mémoire à travers l’action des métaux et métalloïdes de notre organisme sur la partie non codée de l’ADN (95 %). Plus spécialement, nous essaierons de démontrer l’utilité dans le domaine de la prévention et en médecine « infraclinique » de la détermination de ces courants par le biais du Métallogramme Atomique Urinaire et de son corollaire l’Imagerie Matricielle Atomique. Pour ce faire, nous définirons sous l’angle de la pensée quantique un certain nombre de termes de façon à permettre au lecteur une approche moins complexe de nos conclusions.

Définition de la notion quantique

Monde quantique assimilé à la vitesse de la lumière

On considère un phénomène comme quantique lorsqu’il donne naissance à des manifestations radiatives ou lumineuses (bosons), ainsi qu’à des manifestations matérielles (corpuscules) qui se déplacent dans un référentiel connu (en l’occurrence ce référentiel est le microcosme humain), à la vitesse de la lumière, soit 300.000 km/s. Le plus petit corps quantique (nano-quantique) est le milieu cellulaire et plus particulièrement les membranes de l’ADN.

Généralement, la vitesse de la lumière (c) est reliée à d’autres quantités et constantes telles que la quantité de mouvements (p) associée à la constante de Planck (h) et au nombre d’onde (k), qui lui même est relié à la longueur d’onde généralement exprimée en A° (1A°=10-8 cm). La dualité ondes-particules règle les enjeux énergétiques. La longueur d’onde est égale à la vitesse de la lumière divisée par la fréquence associée à l’événement quantique, cette fréquence étant exprimé en Hertz (Hz). Il existe donc, toujours, une dualité onde-particule comme l’a démontré la mécanique quantique.

L’originalité de la Médecine Quantique est d’appliquer cette théorie au milieu biologique : « Tissus, organes, cellules et liquides ». « La pathologie de la lumière est à l’origine de la bio-dégradation catabolique ». Une expérience quantique est une expérience qui se déroule, au moins, à la vitesse de la lumière, même si les corps en présence n’évoluent pas avec cette célérité. Il suffit que les informations ou quantas de champ soient préexistants à la valeur de (c), ce qui implique que l’expulsion de ces informations n’est pas la conséquence unique de l’attitude structurale intérieure des corps, mais également de leur capacité à émettre ou à recevoir des informations radiatives. Ces propriétés matérielles peuvent être décrites comme « mémoires de ces corps ».

QU’EST-CE QU’UN MÉDICAMENT QUANTIQUE ?

C’est un principe actif, basé sur la notion de compétence de résonance (opérateur de qualité). Le médicament quantique constitue un médicament physique qui obéit à une pharmacocinétique de nature particulière où les informations ne sont plus de nature chimique et électrique (médicament classique) mais radiatives, au sens de la compétence (site donneur, site accepteur), dans la problématique d’échanges des opérateurs de qualité appartenant aux corps du champ de l’expérience quantique.

Nous sommes conduits à poser l’expérience dans un référentiel matériel d’état particulier ou état de plasma (quatrième état de la matière). Les trois autres états naturels de présentation de la matière stable sont : l’état solide, l’état liquide et l’état gazeux. L’état de plasma fait l’objet de nombreuses études depuis le développement de la spectrométrie atomique et de la recherche sur la fusion nucléaire.

Il est à noter que ce quatrième état de la matière, peut être un plasma matériel constitué de particules, au sens des fermions ; ou bien avec d’autres configurations matérielles au moment de leurs créations, telles que les bosons, et également un plasma de particules sub-atomiques. Les champs qui sont associés à cette présentation matérielle et radiative, donnent naissance à des structures morphologiques réactantes (c’est-à-dire, qui réagissent les unes par rapport aux autres).

Nous ne sommes donc plus dans le mode stimuli moléculaire, mais dans un mode opératif et qualitatif organisé « génétiquement ». Ce n’est pas un ensemble d’expressions géniques se comportant de manière mutable ou séquentielle tel que le génie génétique le représente de façon mécanicienne. Il existe dans l’expression génique un patrimoine moléculaire complexe, transcriptible, duplicable de matière matérielle.

Fin de citation

Le peu que j’ai lu du monde quantique et des théories qui entourent ce monde là, montre clairement que la pensée « linéaire » à laquelle nous sommes habituées a du mal à l’appréhender. C’est un monde complètement en dehors de notre réalité.

PS : Pour comprendre ma remarque ci-dessus, lisez la série sur les ondes, l’onde de probabilité n’est pas facile à appréhender pour le commun des mortels.

=> EM : La pensée quantique (II)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, quantique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.