AC : Réponse à une utilisatrice du ColloidGen I

J’ai reçu une demande d’une utilisatrice du ColloidGen I pour fabriquer du 15 ppm. Je suis en train de faire plusieurs tests afin de trouver la meilleure configuration possible pour fabriquer de l’argent ionique/colloïdal à 15 ppm.

Qu’est-ce qui détermine la durée de l’électrolyse

Avant tout, je dois préciser que l’eau de départ détermine la durée de la fabrication. J’avais commencé une série d’articles à ce sujet, j’avais pris une mauvaise voie, celle du débit électrique (EDF), à savoir que selon la variation de ce débit, la durée pouvait variait, or je m’étais trompé, j’avais fini de m’apercevoir que c’est surtout la qualité de l’eau de départ qui détermine la durée.

La mesure de la concentration en ppm

Sachant cela, un deuxième point important est l’appareil de mesure pour la concentration en ppm. Selon la qualité de l’appareil, la mesure indiquée est différente, pour ceux ou celles qui ont lu mon livret ou les articles au sujet de la mesure de la concentration en ppm, j’avais préconisé (dans mes débuts) un appareil de qualité acceptable, et depuis, j’ai acheté un appareil de meilleure qualité.

Par exemple, une eau distillée, achetée en pharmacie, et mesurée avec l’appareil de qualité acceptable équivaut à 0 ppm et avec l’autre appareil à 0,7 ppm. Tous deux normés sur la norme NaCl (voir les articles sur les normes pour mesurer la concentration en ppm).

Comment paramétrer le « ColloidGen I »

Par ailleurs, une eau distillée produite avec un distillateur domestique (ou achetée en pharmacie), et passée doublement par un déioniseur, donne une concentration en ppm, avec l’appareil de haute qualité, de 0,1 ~ 0 ppm. C’est pour dire à quel point l’eau est inerte électriquement. Pour s’en convaincre, j’ai mis « le ColloidGen I » en marche avec cette eau (avec P1= 18 mn, P2 = 12 mn, P3 = 45 s et P4 = 30 s) et j’ai du attendre presque une heure pour avoir à l’afficheur du 0,52 v, l’équivalent de ce que j’ai pour une eau distillée une seule fois dans le déionseur.

Autrement dit, pour une eau « ultra-ultra » pure (distillée et doublement déionisée), le « ColloidGen I » affiche (au démarrage de la fabrication) du 0,49 V et pour une eau ultra pure (distillée et une fois passée au déioniseur), il affiche 0,52 V, c’est-à-dire, pour que l’électrolyse prenne (ou démarre) réellement, l’eau doit devenir conductrice. Par conséquent, il vaut mieux partir toujours d’une eau pure et si nécessaire, par manque de temps, introduire dans la solution de départ, un peu d’argent ionique/colloïdal pour permettre à l’électrolyse de démarrer rapidement, ce que je fais rarement quand-même, car je m’en contente d’au plus 8-9 ppm, voire parfois 11 ppm.

De plus, si l’eau de départ est conductrice, du fait de l’introduction de l’argent ionique/colloïdal, il faut certainement paramétrer les périodicités du « ColloidGen I » afin d’éviter du dépôt. De manière générale, mieux vaut augmenter la période P1 si l’eau est extrêmement pure, afin de permettre à l’électrolyse de démarrer, et pour P2, mettre une durée moyenne, si l’eau est conductrice, baisser plutôt les périodes P1 et P2, toujours de manière à éviter les dépôts.

Que faire en cas de dépôts

Je dois ajouter dans mon livret un filtre laboratoire que j’utilise et écrire un article spécifiquement pour le filtrage, j’ai déjà écrit plusieurs articles à ce sujet, mais je dois donner quelques références de filtres de qualité pharmaceutique ou de laboratoires. en cas de dépôts, filtrer la solution et laisser reposer. Si votre solution a tourné au jaune, alors, profitez de mes expériences sur l’eau oxygénée, vous savez maintenant ou vous le saurez qu’une goutte d’une solution oxygénée à 20 volumes (achetée en pharmacie pour 6 euros à peu près) peut rendre la solution incolore tout en augmentant la concentration en ppm un petit peu. La physique derrière cette transformation est la cassure des grosses particules en petites particules, voire des ions. De plus, le goût de la solution, après l’introduction d’une goutte d’eau oxygénée est tout à fait acceptable, même si le goût est plus métallisé que la solution de départ. Sachez enfin que lors de la réaction chimique, il y a production de gaz O2, il vaut mieux donc, laisser le gaz se dégageait, ce qui donne une meilleure réaction.

Une solution à 14,5 ppm fabriquée avec le « ColloidGen I », tournée au jaune, et traitée à l’eau oxygénée à 20 volumes.

Afin de répondre à cette dame, j’ai donc réalisé une électrolyse pour obtenir une solution d’argent ionique/colloïdal à 15 ppm. J’ai fixé la période P1 = 15 mn, P2 = 8 mn, P3 = 60 s et P4 = 30 s. La cible avait été positionnée à 1,7 V (ce qui est équivalent à ~ 15 ppm), parti avec une eau ultra pure (distillée plus une fois déionisée), donc du 0,2 ppm (toutes les mesures sont faites avec l’appareil de haute qualité). En 15 heures et 20 minutes, l’électrolyse s’est arrêtée affichant du 1,71 V avec un peu dépôt et une solution déjà tournée au jaune, à l’afficheur de l’appareil de mesure des ppm, le nombre 14,5 ppm était indiqué. J’ai donc traité la solution avec de l’eau oxygénée.

En sept heures, l’afficheur du « ColloidGen I » indiquait 1,18 V (l’équivalent de 11,9 ppm), et il y avait déjà du dépôt, c’est la combinaison des périodes P1 et P2 qui ont créées les dépôts. Ce qui montre que les deux périodes de départ et la qualité de l’eau de départ déterminent la présence de dépôt. Tout l’art consiste à trouver la bonne combinaison afin d’éviter des dépôts. C’est la tache qui me reste à accomplir, déterminer la bonne combinaison afin de permettre à l’utilisateur de produire de l’argent ionique/colloïdal à 15 ppm sans dépôt. Dès que j’ai cette combinaison, je la publierai sur la page « Exemples d’utilisation ».

Pour ceux qui n’ont pas le « ColloidGen I », le principe reste le même et la qualité de l’eau de départ détermine beaucoup de choses dans la production de l’argent ionique/colloïdal. Bien entendu en restant dans le domaine des faibles tensions. L’électrolyse de l’argent est beaucoup plus sensible aux fluctuations des paramètres.

A suivre …

PS : J’ai oublié, la contenance était de 500 ml. Sachez que l’objectif, c’est que toute personne devienne autonome …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, ColloidGen I, Fabrication. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.