MC : Le phénomène de l’électrolyse expliqué

Dans un précédent article, j’ai traduit une partie de l’article situé sur ce site http://www.scienceclarified.com/El-Ex/Electrolysis.html. Dans cette partie, je traduis le reste. Bon, sur internet, vous trouverez certainement de meilleurs sites en français sur le sujet, pourquoi alors traduire un tel site? Pour deux raisons, tout d’abord parce que par pur hasard, je suis tombé sur ce site et d’autre part, il m’a paru indispensable de traiter l’électrolyse de façon succincte sur un site tel celui-ci, puisque la méthode électrolytique est à la base de nos affaires. Tout comme, il est indispensable de traiter l’eau et sa nature, il est également important d’avoir quelques notions sur l’électrolyse.

J’ai déjà parlé de façon précise du phénomène de l’électrolyse entre deux électrodes d’argent dans de l’eau pure, celle de l’eau tout court et ci-dessous et grâce à l’article, j’aborde quelques aspects commerciaux.

Je cite,

L’électrolyse est utilisée pour décomposer les composés très stables. Par exemple, l’aluminium est un métal très important dans la société moderne. Il est utilisé dans tout, des pots, des casseroles, aussi bien dans les navettes spatiales. Mais la principale source naturelle de l’aluminium, c’est l’oxyde d’aluminium (Al2O3), et c’est un composé très stable. Un composé stable est difficile à casser. Vous ne pouvez pas obtenir de l’aluminium à partir de l’oxyde d’aluminium juste en le chauffant, car vous avez besoin de plus d’énergie que vous fournit la chaleur.

L’aluminium est préparé par un procédé électrolytique d’abord découvert en 1886 par un étudiant de 21 ans à l’Oberlin College, en Ohio, Charles Martin Hall (1863-1914). Hall trouva un moyen de mettre en fusion l’oxyde d’aluminium, puis l’électrolysa. Une fois fondu, l’oxyde d’aluminium forme des ions d’aluminium et d’oxygène, qui se comportent à peu près de la même manière que les ions d’hydrogène et d’hydroxyde dans l’exemple de l’eau. Le métal aluminium pur est obtenu à la cathode, tandis que le gaz oxygène forme des bulles à l’anode. Le sodium, le chlore et le magnésium sont trois autres éléments obtenus dans le commerce par un procédé électrolytique semblable au processus de Hall.

L’électrolyse peut être utilisée à d’autres fins que la préparation des éléments. Un exemple est le raffinage du cuivre. Le cuivre très pur, est souvent nécessaire à la fabrication des équipements électriques. (Une pureté de 99,999 pour cent n’est pas rare.) Le moyen le plus simple pour produire un produit de cette pureté est l’électrolyse.

Une cellule électrolytique contient du cuivre très pur à la cathode, du cuivre impur à l’anode, et le sulfate de cuivre comme électrolyte. Lorsque l’anode et la cathode sont reliées à une batterie, les électrons circulent dans la cathode, où ils se combinent avec les ions cuivre (Cu2+) dans l’électrolyte : Cu2+ + 2e → Cu0

Le métal cuivre pur (Cu0 dans l’équation ci-dessus) est formé sur la cathode. À l’anode, les atomes de cuivre (Cu0) perdent des électrons et deviennent des ions cuivre (Cu2+) dans l’électrolyte : Cu0 – 2e → Cu2+

Dans l’ensemble, le seul changement qui se produit dans la cellule électrolytique est donc, qu’à l’anode, les atomes de cuivre impur deviennent des ions cuivre dans l’électrolyte. Les ions de cuivre sont ensuite transformés en cuivre sur la cathode. Toutes les impuretés de l’anode sont tout simplement laissées pour compte, et près de 100 pour cent de cuivre pur s’accumule sur la cathode.

Une autre application importante de l’électrolyse se trouve dans le dépôt électrolytique de l’argent, l’or, le chrome et le nickel. la galvanoplastie produit une très fine couche de ces métaux précieux sur les surfaces des métaux moins chers, en leur donnant l’apparence et la résistance chimique des métaux nobles.

Pour recouvrir un métal vil de l »argent, l’objet à revêtir (une cuillère, par exemple) est utilisé comme cathode. Une barre de métal d’argent est utilisée comme anode. Et l’électrolyte est une solution de cyanure d’argent (AgCN). Lorsque ce dispositif est connecté à une batterie, les électrons circulent dans la cathode où ils se combinent avec les ions d’argent (Ag+) de l’électrolyte pour former des atomes d’argent (Ag0) : Ag+ + 1e → Ag0

Ainsi les atomes d’argent se déposent sur la cathode, dans ce cas, la cuillère, en formant une fine couche. À l’anode, les atomes d’argent donnent des électrons et des ions d’argent qui circulent dans l’électrolyte : Ag0 – 1e → Ag+

L’argent est recyclé, par conséquent, de l’anode dans l’électrolyte vers la cathode, où il est déposé.

Fin de citation

Accès protégé, nécessite un abonnement. Voir page Abonnement


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Métaux Colloïdaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.