AC : Argent colloïdal par la méthode HVAC à arc plasma (suite II)

Je retourne vers mes expériences avec la méthode HVAC de l’électrolyse de l’argent. Cette expérience confirme ce que j’avais dit dans le dernier volet de cette série. L’argent s’ionise tout comme le cuivre,mais les ions Ag+ restent en suspension, alors que les ions Cu++ doivent se combiner avec l’oxygène. Ceci reste encore à être peaufiner.

Quand je démarre l’électrolyse de l’argent comme ce soir, je constate pendant les premières minutes un arc avec une lumière intense et un bruit assourdissant, puis quelques étincelles et enfin plus rien. Signe que l’eau est devenue conductrice, grâce à la présence des ions d’argent. Au bout de 5 minutes, je pointe mon laser rouge et déjà, j’ai une lumière rouge très intense, dans le même temps, j’ai démarré une électrolyse avec la méthode LVDC avec mon proto et au bout du même temps, je vois à peine une ligne rouge du laser traversant l’eau du bocal. Normal, la méthode HVAC a unetelle intensité que les particules d’argent sont littéralement pulvérisées dans l’eau, d’ailleurs en se mettant de profil au même niveau que la table sur laquelle est posé le bocal, on voit une poussée continue de l’eau autour des électrodes, signe de la production de particules.

De plus, au bout de 30 minutes, j’arrête le procédé et mesure avec mon appareil la concentration en ppm de la solution et je note 50° Température et 7 ppm, alors qu’avec le proto, il me faut 4 heures pour du 5 ppm à peu près, il est vrai par ailleurs qu’avec la méthode HVAC, les bouts des électrodes sont distants d’à peine un millimètre, alors que la distance des électrodes dans le cas du proto est supérieure à 1 mm largement.

Donc, l’arc ne peut être maintenu avec l’argent longtemps du fait de la production des ions d’argent qui restent en liberté dans la solution et rendent l’eau très conductrice. Il faut quelques minutes (2 à 3 minutes) lors de l’électrolyse avec la méthode HVAC pour que l’eau devienne conductrice en utilisant des électrodes en argent.

Pour rappel, l’électrolyse du zinc ou du cuivre ne donnait pas un aussi grand nombre de ppm du fait des ions de ces métaux se combinant avec l’oxygène. le magnésium et l’argent réagissent différemment, un chimiste pourrait expliquer ces phénomènes avec beaucoup d’aisance. Dans le cadre de l’or et du platine, comme ce sont des métaux nobles, je pense que leur degré d’énergie d’ionisation ne facilite pas l’ionisation des métaux, d’où une faible lecture du ppm.

En à peine une heure, j’ai à peu près du 10 ppm …

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Fabrication. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.