EM : Les ondes (III)

La mécanique quantique prédisait avant que l’expérimentation vienne confirmer, que si un photon a 50% de chances de traverser des verres polarisés des lunettes de soleil, alors, ce photon a un partenaire perdu à des centaines de kilomètres, voire des milliers qui agira de la même façon. Si le photon se réfléchit sur les verres, alors son partenaire fera de même. Aussi étrange que cela paraisse, les physiciens depuis une vingtaine d’années ont réussi à confirmer ces prédictions.

Je cite (tiré du livre de Brian Greene)

Bien que chaque choix soit aléatoire et que les photons soient très éloignés dans l’espace, si un photon traverse, l’autre en fera autant. Voilà le type de non-localité que prédit la mécanique quantique.

Fin de citation

Einstein ainsi que d’autres physiciens avaient du mal à admettre que des lois aussi étranges puissent régir notre univers. Pour eux, Dieu (s’il existe) ne joue pas aux dés. Pour eux, toute paire de particules agissant comme les photons doit être programmée au préalable. Et pourtant, en 1960, un physicien de génie John Bell proposa une expérience pour vérifier au laboratoire les prédictions quantiques et en 1980, la question fut finalement résolue. Il y a bel et bien dans l’univers des connexions « quantiques » entre des particules aussi éloignées (à leur échelle) que des années lumières.

Chose surprenante, Mr Lakhovsky* prédisait déjà dans les années 20, que la pensée pourrait également être la transmission d’une onde. Selon lui, le souvenir d’un père ou d’une mère perdu ou toute autre personne engendrent des pensées par exemple, bonnes ou mauvaises, ces pensées sont comme des ondes transmises à travers le cosmos, tout comme la lumière. Bien évidemment, tout cela reste abstrait pour nous les humains terriens qui avons du mal à lever la tête, ne serait ce que 5 minutes pour voir les étoiles, parce qu’il faut bien remplir son assiette.

Mais tout comme la lumière peut être transmise et reçue, pourquoi pas la pensée. Aujourd’hui, nous n’avons aucun doute que la pensée émise par le cerveau soit le résultat de connexions électriques et qui dit électrique ou magnétique, dit électromagnétique. Mais tout ceci est un autre sujet. Il est étrange de constater que des « connexions sans un lien physique peuvent exister« , on l’admet facilement pour les ondes telles que la WIFI ou les téléphones portables, car il y a bien une application tangible qui nous prouve leur existence, mais quand il s’agit de la télépathie, il est normal que nous restons septiques. D’ailleurs, personnellement, j’attends voir.

Ce qui est important, ce n’est pas tant qu’il existe la possibilité de lire la pensée de l’autre, mais sur le plan philosophique, que la pensée elle-même soit une onde. Revenons maintenant à nos particules. Afin de comprendre comment mettre en lumière ces « connexions quantiques », il est important de comprendre que la lumière est avant tout une onde. Et je compte bien en parler dans la suite …

*Je ne prétends pas que tout ce que disait Lakhovsky soit vrai. Ce qui m’intéresse, c’est l’aspect « obscurantisme » des hommes de science. Qu’il est difficile à l’homme savant de remettre en question ses fondements, surtout quand  « un moins que rien » lui expose une théorie en dehors des clous, de suite, on le catalogue comme un paria. Ce fut le cas de Galilée, de Paracelse et bien d’autres, c’est le cas même aujourd’hui et dans tous les domaines, science, médecine, économie et politique …

=> EM : Les ondes (IV)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, ondes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.