AC : Grippe grave (MAGNIOL cité par DURAND)

Je rapporte ci-dessous un exemple de grippe grave soignée avec de l’argent colloïdal électrique.

Je cite,

M. E…, âgé de 45 ans, est atteint de grippe légère depuis le 22 décembre. Ce jour-là, il a éprouvé des frissons et un malaise général; il a dû s’aliter le lendemain. Pendant toute la semaine, jusqu’au 31 décembre, la température variait de 38°5 à 39°6; pas de diarrhée, ni de symptômes de dothiénentériè; mais, à la base du poumon gauche, atélectasi pulmonaire complète, matité, absence de vibrations, etc.; bloc pulmonaire compact, sans souffle ni murmure vésiculaire; pas d’égophonie.

Ier janvier 1908. Après quelques frissons, la température monte à 40°, le faciès est mauvais, l’oeil jaunâtre, les urines rares, rouges et épaisses, uratiques; vomissements; délire intense, mais tranquille; le malade, les yeux fixés au plafond, parle sans cesse d’une façon incohérente.

Je le vois avec M. le Prof. CARRIEU et nous décidons, devant la gravité de l’état du malade, de faire des injections d’Electrargol. J’injecte le soir même, à 5 heures, 10 cc. d’Electrargol dans la fesse gauche; la température était à 39°, le pouls à 120. 

Le lendemain, 2 janvier. La nuit a été mauvaise, mais la température est à 38°5 et le pouls à 100; nouvelle injection de 10 cc.; le soir, température 38°2, pouls 100; l’état s’est légèrement amélioré.

3 janvier. Le matin, température 38°6, pouls 88; injection de 10 cc, d’Electrargol et 2 cc. de caféine (o gr. 50), car le coeur faiblit; le soir, 3 heures, températire 38°, pouls 92, l’état est meilleur; à 9 heures, température. 38°6, pouls 100.

4 janvier. A 8 heures du matin, T°. 38°1, pouls 100; Electrargol 5 cc; les urines sont meilleures; à 3 heures du soir, T°. 37°3, pouls 102, caféine (o gr. 50); à 9 heures, T°. 37°2, pouls 112, Electrargol 5 cc., caféine (o gr. 50).

5 janvier. A 8 heures du matin, T°. 37° pouls 100; à 9 heures du soir, T°. 36°8, pouls 90, l’état est bien meilleur, je ne fais qu’une seule injection de 5 cc. d’Electrargol le matin.

6 janvier. A 8 heures du matin, T° 36°3, pouls 88; à 9 heures du soir, T°. 36°7, pouls 80, pas d’Electrargol, pas de caféine, urines bonnes et abondantes.

7 janvier. A 8 heures du matin, T° 36°4; à 9 heures du soir, T° 36°6, le malade se sent bien et va de mieux en mieux. Il est complètement guéri actuellement.

Fin de citation

Il est intéressant de noter l’endroit où se fait l’injection. Tiré du livres métaux colloïdaux électriques. Je rappelle que l’Electrargol était de l’argent colloïdal et non ionique obtenu par le procédé de Lancien. Pour nous, cela revient à la méthode HVAC à arc plasma.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Maladies, Traitements. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.