AC : La cystéine et l’argent tuent le virus VIH. clinique pharmacologie Vol. 189, N° 3, 1992 December 30, 1992 Pages 1444-1449 Biochemical and Bioresearch Communications

Dans son livre, Dr Farber apporte une étude intéressante publiée en 1992 dans un laboratoire de thérapies expérimentales dans le service pharmacologie clinique de l’université médicale de Genève, CH-1221, Genève 4, Suisse. Cette étude est très intéressante non seulement vis à vis du virus VIH, mais également sur le complexe Cystéine et argent.

Je cite,

Les interactions protéines-métaux sont des composants importants de rétrovirus comme le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Par conséquent, les métaux* peuvent être utilisés comme agents antiviraux. Cependant, la plupart des métaux sont toxiques pour les humains, à l’exception de l’argent, qui est toxique uniquement pour les cellules procaryotes et les virus. De plus, l’infection au VIH entraîne une diminution de la cystéine dans le corps. Nous avons formé un complexe d’argent et de la cystéine, nommé cystéine-argent.

L’inhibition par l’argent des protéines Na+-K+ ATPase (pour le fonctionnement de la pompe Na+-K+ ATPase, une animation est proposée ici) est facilement inversée par la cystéine. Ainsi, l’argent-cystéine non toxique peut être utilisé comme un agent antiviral et un reconstituant de cystéine.

Une attention particulière a été accordée récemment à l’importance du rôle de régulation des protéines métalliques dans les interactions macromoléculaires au niveau des gènes. Le virus de l’immunodéficience humaine possède des liaisons riche en cystéine ou en protéines métalliques indispensables pour sa survie. La déminéralisation pourrait être importante pour la reproduction du virus. Les chélateurs des métaux ont été montrés pour réduire la réplication du virus in vitro.

Les résultats ci-dessus indiquent clairement l’importance des métaux pour le virus VIH. Les métaux ont en effet été utilisés comme agents chimio-thérapeutiques avant les antibiotiques. L’utilisation thérapeutique des métaux a été abandonnée en raison de la toxicité générale. Toutefois, l’argent est un bactéricide très actif, peu toxique pour les humains. De plus, l’argent a également démontré un pouvoir inhibiteur de la protéase du VIH.

Les faibles niveaux de cystéine sont trouvés dans le plasma des patients atteints du SIDA, cela suggère un rôle majeur de la cystéine pour l’activité des lymphocytes. La cystéine et les protéines riches en cystéine protègent les cellules contre les agressions et le stress. Par conséquent, ce sont des éléments importants pour la défense immunitaire. Nihm ET AL., par exemple, ont signalé que la cystéine N-acétyl L (CNA) bloque la réplication du VIH.

La molécule D-Penicillamine (utilisée pour traiter l’intoxication par les métaux lourds) un analogue de la cystéine inhibe la réplication du VIH in-vitro. Ainsi les médicaments et les produits chimiques qui fournissent de la cystéine ou glutathion aux cellules déficientes sont potentiellement utiles. Par conséquent, nous avons décidé de combiner le rôle protecteur de la cystéine avec le potentiel antiviral de l’argent. L’argent-cystéine peut augmenter la concentration en cystéine des cellules déficientes, tout en rendant inactif la sensibilité des protéines métalliques dans le VIH.

Fin de citation

* Mr Lakhovsky parlait de cet aspect dans les années 20-30 du XXème siècle.

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Documentation, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.