AC : Questions diverses d’un abonné suite & fin

Dans cet article, j’apporte quelques éléments de réponse au courrier transmis par Alexandre. Concernant les points 1 et 2 de votre courrier, je vous remercie de prendre contact avec Ali. Pour les points 3, 4 et 6, j’ai créé une page « Générateurs » qui me permet d’apporter des conseils personnalisés moyennant une rémunération.

Pour le point 5, je ne souhaite pas devenir une plateforme d’enregistrement de données transmises par les abonnés, ni les solliciter pour qu’ils me les transmettent. J’espère que vous comprenez que cela prend du temps et ce temps, je ne le dispose pas. Si toutefois, vous voulez monter un forum et inviter les uns et les autres à s’entretenir autour de la production de l’argent ionique/colloïdal, je vous souhaite bon courage. D’ailleurs, une personne avait démarré un tel forum en même temps que ce site, dont l’adresse se trouve ici => http://frabato.aceboard.fr/166841-1788-4942-0-Argent-Colloidal-Fabrication-temoignages.htm, peut-être que vous pouvez reprendre son site et le réactiver.

Cependant, je vais vous répondre sur un point qui me paraît incontournable et il s’agit de l’eau. Si vous obtenez un léger effet Tyndall avec l’eau sortant du déioniseur, c’est que l’eau ne doit pas être pure et donc inadéquate pour la production de l’argent ionique/colloïdal. Par léger, j’entends qu’on voit un faisceau rouge faible, comme pour l’eau du robinet,voire peut-être encore plus faible. Normalement, on ne doit voir que quelques scintillements de particules sans aucune trainée, voire même aucun scintillement. Dans ce dernier cas, votre eau est pure et une mesure supplémentaire avec un appareil conforme acheté chez HANNA doit confirmer la pureté de l’eau avec une mesure en siemens de 0,1.

Il ne faut pas que dans l’eau, il subsiste de particules, sinon, on risque de produire des sels d’argent et donc tourner au bleu ou gris, sans risque de mourir toutefois. Du moins, d’après ce que j’ai lu et compris. Deux éléments sont incontournables, les électrodes et l’eau.

Pour le point 7, j’ai rapporté une expérience pour mettre en évidence les ions d’argent dans la solution produite avec la méthode LVDC, voir un autre article que j’ai écrit (Comment les ions Ag+ se combinent avec d’autres composés chimiques ?) sur les possibles ions anioniques qui se combinent avec les Ag+. Dans le corps humain, je ne sais pas quelles sont les réactions chimiques, ce qui est sûr, c’est que le corps est composé davantage de clore que de fluor, comment ces différentes combinaisons se font, c’est une autre histoire, je n’ai pas encore la qualification pour m’avancer sur ce sujet. J’ai rapporté juste trois articles en 2009 ou 2010 sur les dires des scientifiques concernant le devenir de l’argent ionique/colloïdal dans le corps. A vrai dire, ils n’en savent pas plus, ce sont des supputations.

Pour ce qui est des autres paramètres qui influencent comme vous dites « le freinage » ou « l’emballement » de la production des colloïdes en fonction des phases lunaires ou autres. Il est fort possible, il n’y a qu’à voir les effets sur les marées. Mais il me semble qu’il faille un dispositif scientifique et un matériel de laboratoire pour les suivre, à moins que l’on se mette juste à noter ne serait-ce que les phases lunaires tout en prenant des mesures simples avec nos appareils,  chose que je n’ai pas faite.

Bon, j’espère avoir répondu à un certain nombre de vos interrogations.

Cordialement,


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Questions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.