AC : Le témoignage d’un ancien professionnel de santé sur la pureté de l’eau suite & fin

Je viens de recevoir un courrier de Richard qui apporte une précision sur la stérilité de l’eau, voir son courrier ci-dessous.

Je cite,

Bonjour,

Petite précision. Une eau distillée, bi-distillée et ultra pure est STERILE à la sortie de l’appareil. Sous l’effet de présence ou d’absence de pyrogènes (micro-organismes « morts » et/ou toxines) elle peut être « pyrogène » (présence) ou « apyrogène » (absence) suivant le cas et provoquer une augmentation de la température (fièvre = présence de pyrogènes) corporelle qui peut aller jusqu’au frisson tout en ETANT STERILE. La stérilité n’a rien à voir avec la présence ou l’absence de pyrogènes dans un soluté. Ce sont deux choses bien distingues. Un soluté peut être stérile et pyrogène ou stérile et apyrogène.

Utiliser une eau distillée de qualité pharmaceutique suivi de 2 déminéralisations (il faut le savoir, les résines sont d’excellents nids à germes divers et variés même bien entretenues) comme vous le pratiquez ne peut être que favorable pour la confection d’une eau déminéralisée pour l’obtention d’une solution d’argent colloïdale mais ne garantie pas sa stérilité (il n’est absolument pas nécessaire en buvable d’utiliser obligatoirement un soluté colloïdal apyrogène et stérile).

Un particulier n’a pas les possibilités nécessaires pour réaliser une eau stérile. Par contre plus il tend vers la stérilité au départ en prenant un maximum de précautions de propreté plus le soluté se conserve longtemps. En plus je suis de votre avis de dire que les ions d’argent sont suffisants pour garantir une conservation pour un temps prolongé. (essais bactériologiques à faire si on veut être pointu) Pour être sûr d’obtenir un soluté colloïdal stérile il faudrait le re-balancer sur une filtration stérilisante ce qui peut, suivant la taille de certaines particules d’argent, poser un problème de retenue de ces dernières. Comme vous voyez tout n’est pas simple dans le domaine pharmaceutique. Gardez ce que vous avez mis en place et qui semble être une bonne solution.

N.B. Rions un coup !! Pour la petite histoire. J’avais un prof de fac qui me disait « Si tu stérilise un soluté avec de la merde cette dernière deviendra évidemment stérile mais restera quand même de la merde !! Donc il faut partir proprement pour arriver proprement* »

Cordialement.

Richard.

Bonjour Richard,

Merci pour ces précisions, dans mes recherches, j’avais complètement occulté deux choses que j’ai découvertes dans vos propos. D’une part, la présence de pyrogènes (micro-organismes « morts » et/ou toxines) et d’autre part, que le dénioniseur (qui est un échangeur d’ions) est un nid à germes. Pour ce qui est de la stérilité de l’eau, j’en suis conscient, mais les utilisateurs d’argent ionique/colloïdal cherchent avant tout une eau exempte d’élément minéral pour éviter de fabriquer des sels d’argent qui sont avérés être toxiques pour l’homme et les animaux. Un exemple de sel d’argent étant justement le nitrate d’argent, excellent produit bactéricide préconisé fin XIXème, début XXème mais abandonné progressivement suite aux problèmes d’argyrie rencontrés.

Cordialement,

*Les caractères en gras ont été choisis par Richard


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Documentation, Fabrication. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.