AC : Distillation avec un alambic

Récemment j’ai rapporté dans un article que je me suis acheté un alambic (petit format) pour faire quelques expériences et notamment produire des hydrolats ou des huiles essentielles. C’est un alambic d’à peine 75 cl. Donc, ce n’est pas avec cet alambic que je vais produire des litres de distillat. Toujours est-il que le savoir vient de l’expérience et donc je vais expérimenter et s’il y a des choses intéressantes, les partager avec vous. Eh bien justement, j’ai eu l’idée de faire une distillation d’eau tout simplement.

J’ai déjà écrit un article dans lequel j’expose que la distillation a un désavantage principal, c’est la consommation en énergie, surtout si c’est fait avec un alambic, donc pour distiller de l’eau, mieux vaut se tourner vers des appareils industriels qui sont beaucoup mieux calibrés en terme de rendement et énergie. Cependant, le gros avantage de la distillation par rapport aux méthodes chimiques de type déioniseur (échangeur d’ions) est le résultat en terme de germes. Cependant, pour arriver à des niveaux de distillation satisfaisants pour nos affaires, il faut certainement faire plusieurs distillations. successives.

Donc, j’ai pris des mesures avant et après la distillation avec mes deux appareils de mesure TDS et PWT. J’ai obtenu, 231 ppm et >1 μs/cm2 (l’appareil est incapable de lire car la conductivité de l’eau du robinet est énorme). Après une première distillation, j’obtiens 67 ppm et 125 μs/cm2. Nous sommes loin des  0,1 μs/cm2. Je n’ai pas poursuivi pour une deuxième distillation, mais je compte bien l’expérimenter prochainement. Par ailleurs, une première distillation suffirait si par la suite, on utilise la technique du déioniseur. Cela revient à prendre de l’eau de pluie que l’on fait passer par le déioniseur.

Pour la technique de la distillation avec un alambic, je compte bien écrire quelques articles, mais pour le moment, je ne suis qu’en phase d’expérimentation.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Généralités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.