EM : Activités du Soleil et son influence sur la santé

Dans Le Canard  enchaîné de cette semaine, on peut lire en gros titre et en rouge Comment l’espionnage du « Monde » a été décidé et organisé entre amis. Bien évidemment, il s’agit d’un journaliste du journal Le Monde qui était sous écoute. Le Monde est un journal, qui reste encore dans l’esprit d’une majorité de français indépendant. Cela fait deux ans que j’ai quitté Le Monde (en tant qu’abonné) car petit à petit, j’ai découvert que ce journal n’est plus vraiment indépendant. Ceci étant dit, on remarque que certains journalistes gardent encore leur éthique et je m’en félicite. Alors pourquoi démarrer un article sur les activités du Soleil sur ces propos? Eh bien, tout simplement parce que comme ce journal reste dans l’esprit de la majorité des français un journal sérieux, vous-imaginez vous qu’un encart sur l’influence des activités du Soleil sur la santé fera un tabac, même si peut-être rien est avéré. C’est comme dans les entreprises, le savoir communiquer a pris le pli sur le savoir faire. Aujourd’hui, dans la majorité des cas, on ne vous demande pas de savoir faire, mais de savoir paraître, la communication quoi !

Dans le journal Le Temps : journal sérieux et très bien fait, son tirage ne cessa de croître, passant d’à peine 3 000 exemplaires en 1861 à 11 000 exemplaires en 1869, et à 22 000 exemplaires en 1880, devenant le journal le plus important de la Troisième République (source Wikipédia), daté du dimanche 20 mai 1928, nous pouvons lire le papier suivant titré « Maladies de Jadis, maladies d’aujourd’hui, maladies de toujours« .

Je cite,

On rencontre assez souvent, quand on fréquente les vieux auteurs, des dissertations, parfois pleines d’intérêt, sur les transformations qu’ont subies au cours des siècles les maux dont souffre l’humanité. Y-a-t-il des maladies nouvelles ? Certainement, en revanche, ont-elles disparu ? D’autres se sont-elles modifiées ?Qu’y gagnons-nous ? Quels risques nouveaux pouvons-nous courir ? Telles sont les principales questions que se posaient les auteurs de ces considérations. ..

Fin de citation

L’auteur enchaine pour dire que certaines maladies que l’on pensait définitivement éteintes se sont réveillées sous d’autres formes. Par exemple, entres autres exemples, l’auteur aborde le cas de l’encéphalite épidémique, que Cruchet, Moutier et Calmette, en 1917 mentionnèrent la gravité. En 1729, une description écrite par Camerarius rappelait étrangement les mêmes effets secondaires. A l’époque, la maladie était appelée Schlafkrankheit, ce qui correspond bien à l’encéphalite léthargique.

Je cite,

S’il n’y a pas de maladies inédites, il y a certainement des maladies devenues plus fréquentes. L’appendicite est dans ce cas. Il est bien évident qu’elle a existé de tout temps et probable qu’Erasme en souffrit.

Par contre, et quoi que l’on veuille bien affirmer, il est peu probable qu’il y ait plus de cancers aujourd’hui qu’autrefois. Les statistiques publiées par M. Ménétrier d’une part, divers travaux anglais et suisses d’autre part, semblent nous démontrer que nous sommes victimes d’une erreur de raisonnement. Si les cas de cancer paraissent plus nombreux, c’est que nous savons beaucoup mieux reconnaître les tumeurs de ce genre. C’est peut-être aussi que la moyenne de la vie humaine ayant augmenté et le cancer étant une maladie des gens âgés surtout, il a plus d’occasions d’apparaître.

Fin de citation

En réalité, l’auteur cherche à montrer à l’aide de divers exemple que tout compte fait, il n’y a pas de nouvelles maladies, mais des variantes indéniables dans la fréquence et la gravité des maux dont souffre l’humanité. Peut-être que des modifications dans notre façon de vivre ou de lieu sont sources de maladies diverses, comme disait Plutarque « Le changement dans la façon de vivre est une cause suffisante pour engendrer des maladies« .

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, médecine, ondes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.