EM : L’oignon et les autres Alliums (suite)

Dans cet article, je reprends le livre (mentionné dans le premier volet) qui rapporte comment les Alliums sont considérés depuis les romains. Je trouve que l’histoire permet de mieux apprécier le présent, c’est pour cela que j’accorde ces deux premiers volets au passé.

Je cite,

Pendant tout le Moyen Âge , oignon fut synonyme de vulgarité . Pour les Égyptiens et les Grecs, les alliums augmentaient la vigueur et la fertilité et il n’y eut qu ‘un pas à franchir pour les associer à la licence et aux prouesses sexuelles.

En dépit de leurs associations avec les pauvres, les vulgaires et les paillards, les oignons, l’ail et les poireaux restèrent populaires jusqu’au XVIIe siècle. On commença cependant à désapprouver la consommation de ces légumes crus , en la considérant comme un tabou social distinct, en particulier pour les femmes et les personnes de la bonne société.

Dans toute l’Europe anglo-saxonne et dans une grande partie des États­ Unis, le tabou social concernant les effets de l’oignon et de l’ail sur l’haleine et la transpiration a duré près de trois cents ans.

L’oignon et plus particulièrement l’ail ont toujours été accusés d ‘exciter les désirs sexuel et libidineux.

Les textes sacrés hindous affirment que l’homme est ce qu’il mange et donne la liste des aliments permis. Les trois castes supérieures, brahmane, kshatrya et vaisya, doivent éviter de consommer des oignons et de l’ail. Le célèbre poème sanscrit Mahabharata conseille aux « gens honorables » de ne manger ni oignon ni ail.

Fin de citation

Contrairement aux pays nordiques, les pays méditerranéens ont su garder une cuisine riche en alliums dont l’oignon, l’ail et l’échalote. Par exemple, dans l’empire byzantin, la nourriture de l’empereur était préparée à base d’ails et son haleine sentait des effluves aillés. En France, des fêtes de l’ail, comme la foire à l’ail et au basilic de Tours, tenue le 26 juillet pour la Sainte-Anne, témoigne d’une richesse culinaire à base d’oignon et d’ails, contrairement aux pays anglo-saxons. C’est également Christophe Colombe qui introduisit les oignons et l’ail en Amérique du Nord et les espagnols en Amérique centrale et du Sud. Mais de nombreuses variétés sauvages poussaient et étaient utilisées par les Amérindiens pour la cuisine et la médecine. Il faut attendre le milieu du XXème siècle pour que l’oignon et l’ail soient de nouveau réintégrés dans les pays du nord de l’Europe et d’Amérique.

Je cite,

À la fin du xxème siècle, le régime méditerranéen à base de légumes, dont une quantité d’oignons et autres alliums, fut prôné en Grande-Bretagne et aux États-Unis pour ses effets bénéfiques sur la santé . Ce régime est celui de nombreuses régions pauvres d’Europe où les oignons ont toujours été un condiment apprécié.

Fin de citation

Et finalement, aujourd’hui, les vertus médicinales des alliums sont explorées par les scientifiques de plus en plus. Je vais aborder cet aspect dans les prochains volets.

=> EM : L’oignon et les autres Alliums – remèdes – (suite et fin)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, médecine, ondes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.