AC : Eclaircissement demandé par un abonné sur la formation de particules dans la méthode LVDC

Je viens de recevoir un courrier d’un lecteur qui me demande des éclaircissements au sujet de certaines affirmations que j’ai faites dans certains des articles concernant la formation de particules d’argent et d’ions au cours de l’électrolyse, ci-dessous son courrier.

Je cite,

Bonsoir,

J’ai repris la réponse que vous m’aviez faite et elle me décontenance, je vous cite en italique mes remarques sont en romain :

dans la littérature et notamment le livre que je me suis procuré (voir l’article De nouveau, pourquoi il vaut mieux se contenter d’une concentration de 5 ppm avec la méthode LVDC ? pour le titre), il est mentionné que la méthode LVDC (qui nous concerne ici) s’applique à des tensions entre 27 à 36 Volt et un courant entre 5mA à 3A en continu.

D’autres suggèrent qu’il faille maintenir le courant en-dessous de 2 mA afin d’obtenir des particules très fines, or, je n’ai pas trouvé d’explications à ce jour, mais je cherche (…)

Le passage d’un courant de 3 A ne peut être obtenu que par un système à courant constant soit en faisant varier le voltage. Mais je me demande si c’est possible compte tenu de la résistivité d’une solution d’argent comprise entre 5 et 21 voir 30 ppm (?). Je n’ai pas fait de calculs mais cette valeur de 3 A me parait énorme.

En fait, il ne parait exister nulle part de données sur les effets conjugués de la tension et du débit de courant et l’on s’en  tient à la garantie selon laquelle le système LVDC donnerait des particules microscopiques.

cela ne nous concerne pas vraiment, car avec la méthode LVDC, nous fabriquons principalement des ions d’argent (Ag+) et le peu de particules que l’on fabrique comparativement aux ions dans la plage de ppm pratiquée, c’est-à-dire entre 5ppm et 10ppm, restent relativement de petites tailles, d’autant plus qu’avec la méthode LVDC, nous ne pouvons descendre en-dessous de la taille microscopique, quoique l’on fasse. Autrement, si nous sommes intéressés par des particules nanométriques, alors il faut s’attaquer à la méthode HVAC et ceci est un autre sujet.

Et plus loin je lis ceci :

Je répondrai, d’une part que l’on arrache pas de grosses particules ni même de petites, mais « des ions d’argent », les particules se forment au niveau de l’anode lorsqu’une petite partie des ions d’argent (Ag+) reprennent un électron à l’anode pour redevenir des particules, c’est d’ailleurs pour cela que l’anode se noircit.

Si j’ai bien compris, il devrait suffire d’inverser le courant pour éviter le reformation de ces particules. Mais ensuite je lis ceci :

Donc, limiter le courant permet de limiter le courant dans l’eau et par conséquent, la conductivité de l’eau, si on limite la conductivité de l’eau, cela veut dire qu’on évite l’emballement et donc que des particules s’associent avec d’autres pour former de grosses particules, donc la couleur de la solution qui vire au jaune, signe de grosses particules.

Ca me semble très contradictoire à moins que j’ai mal compris. Sommes nous bien d’accord sur le fait que l’inversion de polarité a pour but d’empêcher que les ions traversent d’une électrode à l’autre et restent en suspension ?

Merci d’avance

Dominique

Bonjour,

Concernant l’histoire des 3 mA, je suis d’accord avec vous qu’avec une tension de 36 volts et une faible conductivité ou une forte résistance électrique de l’eau, on ne peut pas atteindre 3A, cependant, j’ai donné une plage de tensions basse, j’aurai peut§être pas dû écrire la plage mais plutôt dire basse tension, de manière à induire le lecteur en erreur, quoique dans le livre la plage soit mentionnée, on peut imaginer pour une basse tension quelques centaines de volts (attention ! Je ne suis pas électronicien et donc, je ne peux pas dire précisément la limite entre basse, moyenne, haute et très haute tension). Ce que je sais, c’est que l’ampérage augmente en fonction du temps de l’électrolyse, car la conductivité augmente du fait de l’augmentation de population ionique, et donc, il se peut que qu’il atteigne ~ 3A, à vérifier !

Pour ce qui est de savoir si les particules fabriquées avec la méthode LVDC sont microscopiques, le meilleur moyen est de faire analyser par un laboratoire de physique, le coût peut être élevé, de l’ordre de 500-1000 euros pour un échantillon, je ne compte pas le faire pour le moment, ces dires viennent d’un livre sérieux (Alternative Colloidal Production Health Guide by Marc Peterson), mais on peut les mettre en doute également.

L’inversion de polarité permet avant tout de nettoyer les électrodes, on peut également dire qu’elle empêche les ions de venir vers l’électrode négative pour former de nouveau de l’argent métal sur l’électrode, mais je ne crois pas qu’il soit possible d’éviter (du moins dans les conditions que nous produisons de l’argent ionique/colloïdal chez nous) la formation de particules. Aujourd’hui, ce sujet ne m’a pas trop préoccupé, puisque les particules et les ions me sont bénéfiques, il est vrai que je n’en veux pas de grosses, car inefficace pour ma santé.

au sujet de l’emballement et la conductivité, je me suis mal exprimé ou du moins pris un raccourci, ce que je veux dire, c’est que plus la conductivité de l’eau augmente, plus il y a mouvements d’ions d’une électrode à une autre, donc, plus la fréquence d’inversion de polarité doit augmenter afin d’éviter que les ions atteignent l’électrode négative pour former du dépôt métallique, de plus, la solution commence à saturer, donc, des ions atteignent l’électrode négative et forment des particules et celles-ci peuvent devenir grosses, car la solution commence à saturer, les ions ne restent pas en suspension (c’est un abus de langage), car ils sont dissous (mélangés), ce sont les particules qui restent en suspension.

L’inversion de polarité empêche l’électrode négative de noircir.

Cordialement,


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Fabrication. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.