MC : Stérilisation des eaux par les métaux (L'Union Pharmaceutique 15 janvier 1931)

Il y a trop de données qui crèvent les yeux au sujet des métaux et surtout de l’argent. Je me sens obligé de faire une petite digression ici que vous comprendrez j’espère !

Il ne faut pas faire un amalgame entre une économie libérale* et le « Corporatisme » qui est contraire du « Capitalisme ». Une économie libérale  (Capitalisme dont la nature est basée sur de la concurrence) est une économie basée avant tout sur une monnaie saine (lire http://www.argentexnihilo.org) et des institutions qui protègent le commerce, la liberté et empêchent le Corporatisme (où il n’y a pas de concurrences possibles). A l’inverse, le Corporatisme ou groupements d’intérêts puissants et influents figent une société et la rende inefficace, où un comité central dicte les lois et les mœurs (exemple de la commission européenne des républiques socialistes d’Europe, dont la France).

Concrètement, comment cela se passe ? Dans une société libre, si je « merde » avec un produit, je fais faillite et je disparais et quelqu’un d’autre avec une idée meilleure vient remplir le vide que j’ai laissé. C’est le public qui décide si un produit est efficace ou non, ce n’est pas imposé par le comité central. Si le public trouve qu’effectivement l’argent ionique/colloïdal est efficace, cette industrie va fleurir, si par contre, le public voit de plus en plus qu’il y a des effets secondaires et que le produit est néfaste, alors cette industrie va péricliter. Autrement dit, il ne faut pas 15 ans pour découvrir que le « Mediator » est néfaste, mais beaucoup moins de temps. C’est ce que l’on appelle le marché libre, mais pour que cela fonctionne, il faut que les institutions démocratiques ne soient pas corrompues, or une façon très facile de les corrompre, c’est d’abuser d’une « monnaie de singe** », c’est ainsi que les politiciens peuvent dépenser sans se soucier et acheter des votes à coup de RMI et RSA, du moins sur le court terme, par court terme , j’entends une trentaine, voire une quarantaine d’années quand-même, avant que le peuple prenne conscience qu’il est floué (surtout par les effets ressentis à cause de l’inflation, voire de l’hyperinflation).

Dans une société « corporatiste » telle que la France, le marché n’est pas libre, un comité central dicte les lois, ainsi trois gros se partagent le gâteau du marché des télécoms GSM, Bouygue, Orange, SFR et si un quatrième veut se faire une place comme Free, il faut raquer, on dit que le marché est figé. Or, dans une telle société corporatiste, le plus ennuyeux est qu’il ne peut jamais y avoir de faillite, ou si vous voulez banqueroute, rappelez vous Crédit Lyonnais des années 90. Au mieux, dans une telle société, on trouvera toujours 15 milliards pour financer la dette Grecque, en réalité les banques françaises (voyez le corporatisme, jusqu’où ça va), mais on continuera à sabrer 11000 instituteurs, professeurs et autres par an. vous vous êtes jamais  dit que tout ceci ne tourne pas rond ? Eh bien si, cela dépend de votre angle d’attaque.

Tout ceci pour dire que comme pour le corps humain, si les mauvaises cellules ne meurent pas, alors le corps est gangréné et si les mauvaises entreprises privées et publiques (mal gérées et inefficaces) ne tombent pas, alors la société sera gangrénée et perdra son âme, sa vitalité. Dans un marché libre, le bactéricide, c’est justement que des faillites se produisent pour évacuer les mauvais investissements afin que les plus efficaces et les meilleurs fassent surfaces, sinon, c’est la mort pour tous. Donc, perte de liberté pour tous !!! c’est aussi simple que cela, niveau CM2 (mes enfants comprennent ce principe) !!!

Si vous comprenez la comparaison entre un corps malade et une économie malade, alors vous avez compris l’état de la France. Un comité central (rappelez-vous URSS, il n’y a pas si longtemps) ne cherche que renforcer le corporatisme et par là, l’inefficacité. Je pense que vous comprenez, ce que le public recherche, c’est un produit qui fonctionne et qu’il soit efficace. Au même titre qu’il faille stériliser les eaux (dont je vais évoquer en détail dans les prochains articles) avec un germicide efficace, le corporatisme qui est le germe devra être stérilisé par un retour vers l’économie de marché, c’est-à-dire, laisser le public décider si un produit est efficace ou néfaste. En somme, instaurez une monnaie saine, laissez la concurrence refleurir et enfin que les mauvaises cellules meurent.

Alors pourquoi tout ceci, quel rapport avec l’union pharmaceutique du 15 janvier 1931? Après cette digression, je vais exposer dans les prochains articles, la puissance de l’argent métal dans la stérilisation des eaux sans les porter à l’ébullition. Pour ceux ou celles qui sont pressés, vous avez le lien ici même.

*Il faut comprendre la philosophie de pensée plus que rentrer dans la technicité. Si vous avez du mal avec ces concepts, c’est tout à fait normal, il faudra du temps pour saisir leur portée et peut-être beaucoup de désillusions !

** Sortez vos bouquins d’histoire de France et lisez celle de John Law, très instructif !

PS : vidéo à regarder sur les dégâts d’un état (en France) corporatiste où la non concurrence est de facto et où les petits sont laminés à cause de l’utilisation d’une monnaie de singe : http://www.dailymotion.com/video/xk2q9u_victimes-de-la-politique-financiariste-des-sarkozy-stes-et-des-sociaux-liberaux_news#from=embediframe.

=> MC : Stérilisation des eaux par les métaux (L’Union Pharmaceutique 15 janvier 1931) (II)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Métaux Colloïdaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.