AC : L’action bactéricide des ions d’argent versus des particules d’argent suite et fin

Dans le précédent article de cette série, j’ai abordé très succinctement le rôle des ions d’argent en tant que bactéricide, succincte, car j’ai déjà reporté en plusieurs articles leur action chimique. Une autre action des ions d’argent est le fait d’augmenter la conductivité au niveau cellulaire et donc facilité les échanges à travers la membrane cellulaire, dixit M. Lakhovsky. Or les particules ou atomes d’argent formant une particule ont également un pouvoir bactéricide. C’est d’ailleurs pour cela que les partisans d’argent colloïdal (majoritairement des particules) revendiquent que leur produit est plus efficace.

Avec mes récentes lectures sur la méthode HVAC, je veux bien accepter que la production de particules fines et de petites tailles avec cette méthode est de loin meilleure que celle obtenues avec la méthode LVDC, qui d’ailleurs offre davantage d’ions que de particules. Mais alors, nous sommes en droit de se poser, quelle est l’action des particules sur les bactéries. Cette action, est-elle toujours chimique ou physique ? Cette réponse a été donnée par bon nombre de physicien et notamment M. Lakhovsky dans une étude publiée sur la stérilisation de l’eau. Selon son étude, les électrodes d’argent peuvent être remplacées par des électrodes en platine ou autres comme le cuivre et l’eau sera stérilisée quand même. Je vais d’ailleurs dans un prochain article parler de cette étude en détail.

En réalité, ce qu’il constate, c’est qu’en présence d’électrodes en argent ou en platine, les bactéries sont tuées non à l’aide d’une action chimique, mais à l’aide d’une action physique et de plus, une fois que l’eau est stérilisée, il suffit de l’utiliser pour stériliser une autre eau inoculée de bactéries. Autrement dit, il n’est pas nécessaire d’utiliser des électrodes pour stériliser la seconde eau. C’est peut-être pour cela que certains parlent d’eau dynamisée, je n’en sais rien en réalité, ce ne sont que des suggestions et des idées.

J’ai également abordé l’action d’étouffement de la bactérie par les particules métalliques dans l’article « Actions thérapeutiques de certains métaux connus au début du 20ème siècle« . Or, M. Lakhovsky donne une autre explication, selon lui, cette action physique est due tout simplement aux propriétés physiques des conducteur, de même que lorsque l’on approche un métal à un poste émetteur d’ondes électromagnétiques, il y a interférence, de même la présence de particules d’argent ou de métal interfère avec l’émission ondulatoire des bactéries ou virus et cette présence  influe sur celles-ci, en inhibant leurs actions. Bien évidemment, cette théorie n’a pas été poursuivie par la communauté scientifique depuis la mort de M. Lakhovsky.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Généralités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.