AC : L’action bactéricide des ions d’argent versus des particules d’argent

Cela fait longtemps que je souhaite écrire un article sur la différence entres les ions et les particules d’argent. Les ions d’argent majoritairement produits à l’aide de la méthode LVDC (voir les différents articles sur le site qui rappellent ce qu’est cette méthode) ont une action bactéricide et antiseptique grâce à une action chimique, l’excellente thèse de Madame Saulou, dont les articles avec un titre portant la mention (Université de Toulouse) l’attestent, de même que les travaux du Dr. Becker (voir les articles issus du livre de The Body Electric).

Mes propres expériences et plein d’autres sources dans la littérature démontrent l’action chimique des ions d’argent. De toutes les façons, les ions sont présents dans les milieux cellulaires aussi bien à l’intérieur de celles-ci comme à l’extérieur et par définition, un ion, par nature instable se combine à d’autres pour former des molécules. Toujours est-il que l’action des ions d’argent est réelle et efficace, la grande question est de savoir comment lorsqu’on ingère des ions d’argent par une voie quelconque, leur action se concrétise pour tuer des bactéries ? Pour cela, j’ai déjà écrit des articles (notamment l’action de l’argent dans le corps humain) mais rien de précis.

D’ailleurs, dans le livre « Alternative Colloidal Production Health Guide » édité chez Pacific-Organix Labs que j’ai acheté récemment, les auteurs précisent que pour accroitre la bio-disponibilité des produits colloïdaux dans l’organisme à mesure qu’ils pénètrent dans le corps, il faut garder en bouche sous la langue pendant 30 secondes (c’est bien la première fois que la durée est précisée) et puis avaler le produit. Ainsi, cette méthode de prise permet de véhiculer les nanoparticules d’argent directement dans le sang, or que deviennent les ions alors ? Rien est précisé.

Les mêmes auteurs rajoutent que tout produit à base de minéraux sous forme colloïdale une fois dans l’estomac (qui est majoritairement acide) créera une solution de chlorure, ainsi rendant le produit ingéré inefficace et donc du gaspillage. C’est pour cela qu’ils préconisent de garder sous la langue avant de l’avaler. Ainsi, selon eux, combien même ces nanoparticules arrivent aux cellules et bactéries, selon la taille de ses particules, l’efficacité bactéricide est entre 0 à 20 % pour les plus efficaces. Autrement dit, il n’est pas nécessaire de « s’exciter sur le dosage », vous ne verrez pas d’effets beaucoup plus spectaculaire si le produit est de mauvaise qualité, voire un peu plus avec les meilleurs produits. Finalement, on en revient encore et toujours que le corps humain est capable de s’auto-réguler et se guérir, c’est du moins en partie les conclusions du Dr. Becker, les ions d’argent dans son cas ne faisaient que tuer les bactéries afin que les cellules reprennent leur vie, les travaux de Mr. Lakhovsky démontrent également cette même logique, sauf qu’il a une autre approche et celle-ci est ondulatoire, d’autres scientifiques ont d’autres approches et de même, leurs approches amènent le corps sur la voie de guérison, mais c’est bien lui qui termine le « boulot ».

Dans le prochain article, je vais aborder l’action bactéricide des particules et non des ions, donc à suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Documentation, Traitements. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.