A : La spéciation de l’argent métal

Dans cet article, je vais aborder la spéciation, une problématique que rencontrent les chimistes pour identifier un élément chimique présent dans une multiple forme possible dans l’environnement.

La spéciation est la détermination de la forme chimique dans laquelle un élément est présent dans un échantillon. Il s’agit par exemple de savoir si l’argent est présent sous forme Ag+, Ag2+, Ag3+ ou inclus dans une molécule organique ou inorganique, et de déterminer la distribution quantitative des différentes formes chimiques qui peuvent coexister*.

Les méthodes de spectrométrie d’émission ou d’absorption atomique permet de révéler la présence d’un métal, mais ne permettent pas d’identifier la nature de la molécule. Dans le cas de l’argent, il s’agit d’identifier les atomes d’argent, mais ces derniers peuvent se présenter sous forme de chlorure d’argent, de nitrate d’argent, d’ions d’argent ou tout simplement de particules d’argent (plusieurs atomes d’argent mis en ensemble).

La méthode de chromatographie pour identifier les ions est également une technique plus ou moins précise, puisque rien ne dit qu’au cours de l’analyse de la solution, d’autres transformations ne se produisent et viennent fausser les résultats. Souvent, lors de mesures de toxicité d’un métal pour des raisons de simplifications, la toxicité du métal est calculée uniquement en prenant compte de l’élément lui-même et non des composés ou sels de ce métal. Cette situation est souvent le cas pour les métaux, où l’on considère que c’est le métal et le cation métallique (dans le cas de l’argent Ag+) lui-même qui est toxique sans prendre en compte la molécule dans laquelle se trouve l’atome ou l’ion d’argent (par exemple le nitrate d’argent). c’est ainsi que des seuils de toxicité sont établis pour un métal à partir de sels ou de composés métalliques souvent.

Parfois l’identification (la spéciation) est partielle; dans le cas de l’argent métal par exemple, on peut établir deux valeurs limites différentes, une pour l’argent métal et une autre pour ses composés solubles. Pour le métal argent, il y a deux seuils de toxicité, le premier concerne le métal proprement parlé et le second ses composés.

Le seuil de toxicité** des composés d’argent est de l’ordre de 0,1 mg/ m3 alors que celui du métal est de 0,01 mg/m3. En fait, les composés d’argent qui sont solubles, peuvent donner lieu à une photo-réduction. Notamment dans l’atmosphère, la présence de HCL et H2S peuvent se combiner avec l’argent soluble (ou tout simplement les ions d’argent), c’est pour cela, que pomper l’air dans les flacons de verre contenant des ions d’argent s’avère une action utile.

* Texte tiré de LES PROBLÈMES DE SPÉCIATION EN ÉVALUATION DE L’EXPOSITION PROFESSIONNELLE AUX AGENTS CHIMIQUES, de Jean-Paul SANDINO, Martine DEMANGE, INRS, Département Métrologie des polluants. J’ai modifié l’arsenic par les ions d’argent.

** Les seuils de toxicité ont été tirés du même document


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.