AC : Que dit « Project On Emerging Nanotechnologies » au sujet de la toxicité des nanoparticules d’argent? (III)

Dans ce troisième volet, je vais poursuivre la traduction du document dont j’ai fait référence dans le premier volet de cette série.

Je cite :

  • L’argent est très toxique pour les bactéries, cette toxicité semble être accentuée quand l’argent est sous forme de nanoparticules. Les résultats suite à des doses administrées sous différents systèmes de distribution et dans différents environnements ne sont pas systématiquement étudiés.
  • L’argent sous forme ionique est plus toxique pour les organismes aquatiques que tout autre métal, en dehors du mercure. Mais aucune information comparable est disponible pour les nanoparticules d’argent. L’absorption des nanomatériaux par endocytose semble expliquer la toxicité chez les organismes supérieurs (invertébrés marins). D’autres formes d’absorption à travers la membrane (par exemple, les transporteurs de protéines ou des pores) semblent également exister. Le risque de toxicité peut être accentué, si l’endocytose fournit des ions d’argent sous la forme de nanoparticules d’argent, à l’intérieur des cellules, où il peut libérer des ions d’argent dans la proximité de la machinerie cellulaire (voir la série d’articles issue de l’université de Toulouse). Les signes de présence d’argent dans de telles circonstances devraient inclure des maladies lysosomales et la génération d’espèces d’oxygène réduite. Les nanoparticules d’argent peuvent également affecter le développement des embryons et des autres aspects de la reproduction à des concentrations réalistes. Tous ces mécanismes méritent d’être approfondis
  • L’argent n’est pas connu pour être toxique chez l’homme, sauf à des doses extrêmes. L’argent une fois dans le corps, semble en grande partie déposé de manière inoffensive dans les membranes, loin de la machinerie intracellulaire, où il pourrait causer des dommages (note personnelle, de quels dommages, parle-t-il ? Du moins, chez l’homme). Que les nanoparticules d’argent réagissent chez l’homme comme pour les animaux est encore un fait inconnu. Une étude (note personnelle, la quelle ?) a montré qu’une fois à l’intérieur des cellules, les nanoparticules d’argent sont plus toxiques que les particules composées de matériaux comme le fer, le titane ou le molybdène. Il existe une controverse quant à savoir si les traitements des plaies avec l’argent pourraient ralentir la croissance de cellules saines, au moins dans certaines circonstances (note personnelle, les travaux sur les humains de Dr. O. Becker ont montré le contraire).
  • Les effets indirects n’ont pas été suffisamment étudiés. Par exemple, certains domaines nécessitent des recherches approfondies notamment, le degré de toxicité pour les bactéries sur la peau suite à une exposition chronique d’argent (comme dans les vêtements silverladen ou matériaux de litière) ou des études de toxicité du à l’argent dans l’intestin avec une ingestion d’argent colloïdal qui contient des nanoparticules d’argent en suspension.

Fin de citation


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Risques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.