A : La toxicité des sels d’argent d’après la Médecine du Travail

Dans un précédent article, j’ai rapporté les différents alliages d’argent que l’on peut trouver, dans cet article je vais aborder la toxicité des sels d’argent selon l’INRS (Documents pour le Médecin du Travail N° 67 3ème trimestre 1996).

Mis à part le fait que dans le document, on parle de l’argent comme un métal précieux, très blanc, brillant et mou, inoxydable à l’air et se ternit du fait de la présence, à l’état de traces, d’hydrogène sulfuré (j’ai déjà parlé de cet aspect dans un autre article en évoquant des travaux autour d’instruments en argent mis derrière les vitrines d’un musée).

Concernant sa conductibilité électrique et thermique, il se place en haut de la liste des métaux et est utilisé dans l’industrie électronique, dans laquelle l’emploi d’alliages d’argent à 10% de cuivre et 40% de tungstène, plus dur que l’argent est très fréquent. En bijouterie et comme monnaie, il est également utilisé, en photographie, les sels d’argent, comme le bromure et le chlorure (j’ai déjà écrit un article sur ce sujet) sont utilisés, mais de moins en moins avec l’avènement de la photographie numérique. Enfin, l’oxyde d’argent (Ag2O) sert à colorer les verres, sans parler des piles en argent et zinc.

L’INRS rapporte le cas d’un postier allergique à l’argent manipulé sous forme de pièces de monnaie. suite à son embauche, survient un eczéma fissuré sec et desquamatif des extrémités des doigts et de la paume gauche. La localisation des lésions correspond exactement au geste professionnel.

Un autre cas incriminé à l’emploi de l’argent d’eczéma chez une radiologue ayant une dermite papuleuse lichénoïde localisée sous le bracelet en or est signalé. Cette professionnelle était en contact avec les bains révélateurs (voir l’article sur la photographie et l’argent) et des bains fixateurs.

Un des sels d’argent qui est très irritant est le fulminate d’argent Ag(CNO). Parmi cinquante  ouvrières travaillant dans une usine fabriquant des pétards, un cas d’eczéma allergique et une demi-douzaine de cas de dermite par irritation ont été signalés. Dans cette même usine, deux ouvriers affectés à la fabrication du fulminate d’argent, produit par réaction de l’éthanol sur du nitrate d’argent en présence d’acide nitrique, avait été victimes d’irritations dont l’un des deux avait eu de petites ulcérations douloureuses situées aux mains. Cependant, il s’avère que les effets cutanés du fulminate d’argent soient imputables à la partie fulminate de la molécule.

Pour ce qui est du nitrate d’argent, du chlorure, voir du bromure, j’ai déjà écrit plusieurs articles, qui corroborent d’une part la toxicité de ces sels en terme d’irritation et d’autre part la décoloration de la peau.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.