A : Alliages d’argent

Si vous êtes comme moi, inculte en matière de normes au niveau des alliages d’argent pratiquées en France, alors, j’espère  que ces informations claires que j’ai trouvées sur le site de l’INRS, institut national de recherche et de sécurité vous aideront. Les numismates connaissent ce genre de choses, car c’est leur boulot.

En France contrairement aux états-unis ou au canada, on ne trouve pas d’argent 999 pour mille en argenterie ou orfèvrerie. L’argent premier titre (Ag 925 p. 1000 ou 950 p.  1000) est de mise. Et il s’agit presque essentiellement d’alliages binaires Argent et cuivre.

L’argent deuxième titre (Ag 800 p. 1000) est un alliage binaire Argent et cuivre ou Argent et cadmium ou bien ternaire, c’est-à-dire argent, cuivre et cadmium.

Le nickel et le cobalt ne se marient (solubles) pas avec l’argent et donc ne peuvent entrer dans la composition de l’argent.

Je cite

Cependant* certains bijoux sont rhodiés pour éviter la sulfuration de l’argent et la couche de rhodium peut être déposée sur une sous-couche de nickel nivelant. La législation française n’autorise pas l’emploi du nickel en sous-couche, mais de nombreux produits, importés ou non, peuvent en avoir une d’une épaisseur inférieure au micron.

Fin de citation

* Documents pour le Médecin du Travail N° 67, 3ème trimestre 1996


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent, Métaux Colloïdaux, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.