AC : Les nanoparticules d’argent dans le domaine agro-alimentaire (Université de Toulouse)

Dans la thèse de Madame Saulou qui date de 2009, elle fait le point sur les bénéfices et les risques de l’utilisation des nanoparticules d’argent. ce qui me surprend, c’est à quel point, on redécouvre ce qui a déjà été découvert il y a presque un siècle par plein d’autres chercheurs. L’autre chose qui me surprend, c’est à quel point les médecins traitants ne sont pas informés par un plan de formation continue des dernières découvertes et qu’il faille une bonne dizaine d’années afin que les découvertes aient une retombée dans le domaine public à grande échelle. Je ne connais pas grand monde (médecins ou patients) autour de moi qui connaissent les effets spectaculaires de l’argent et comme ce métal peut leur sauver parfois la vie même.

Je cite :

Les composés à base d’argent ionique sont utilisés dans de nombreux secteurs, notamment le domaine biomédical (soins des blessures, brûlures, ulcères, escarres, grâce aux crèmes comme la Silvazine (Lansdown, 2002 a)), l’hygiène (crèmes, compléments alimentaires, etc.) ou le traitement de l’eau (Klasen, 2000).

Depuis la fin des années 1990, l’utilisation de nanoparticules d’argent colloïdal connaît un essor extrêmement important, en raison de leur réactivité élevée et de leur capacité à libérer progressivement, et de manière contrôlée et durable, les ions Ag+. La production mondiale de « nano-argent » est d’environ 500 tonnes/an, selon Mueller et Nowack (2008).

En 2004, le marché européen des produits et équipements contenant de l’argent a été estimé à 30 tonnes environ et les prévisions évaluent une augmentation à 110-230 tonnes en 2010 (Blaser et al., 2008). En 2005, l’institut de Médecine (IOM) de Washington a dénombré 526 produits contenant de l’argent colloïdal, commercialisés par 264 compagnies. On assiste donc à une véritable explosion du marché économique des produits contenant des nanoparticules d’argent.

Fin de citation

Dans un précédent article, j’avais reporté l’utilisation des nano-particules d’argent dans le domaine médical. Or ci-dessous, je rapporte l’utilisation das nano-particules d’argent dans le domaine agro-alimentaire.

Je cite :

  • L’argent est employé dans l’industrie alimentaire pour éviter les contaminations microbiennes et prévenir l’apparition d’un goût métallique. Des équipements en argent sont utilisés pour la manipulation d’huiles essentielles, de sirops et de jus de fruits (Smith et Zysk, 1987).
  • Des compléments alimentaires contenant de l’argent sont actuellement vendus en Chine et au Japon (ex : comprimés Jin Tan).
  • A Mexico, un colloïde d’argent appelé Microdyn® est vendu en supermarché pour prévenir la contamination des légumes et entre dans la composition des filtres des circuits d’acheminement d’eau potable (Silver et al., 2006).
  • Des boîtes plastiques pour le stockage de denrées alimentaires, contenant des nanoparticules d’argent, sont commercialisées par la société Blue Moon Goods LLC (Fresh Box SilverTM) et la société A-DO Global Company. Lohrer et al. (2008) ont mis au point un film alimentaire plastique dans lequel sont incorporées des particules en phosphate de calcium biodégradable (diamètre : 20-50 nm) portant des nanoparticules d’argent (diamètre : 1-2 nm). Les microorganismes se présentant à proximité du film dégradent les particules de phosphate de calcium, pour assimiler les minéraux nécessaires à leur croissance, ce qui permet la libération progressive d’ions Ag+. Les propriétés biocides de ce film ont été démontrées sur P. aeruginosa et C. albicans, sans qu’il soit possible de reproduire la même efficacité sur S. aureus et A. niger.
  • Les nanoparticules d’argent sont également utilisées pour empêcher le développement d’agents infectieux, notamment les Legionella, dans les circuits de distribution d’eau potable (Silver, 2003).
  • Des systèmes de purification de l’eau de consommation, dont les membranes de filtration sont imprégnées de nanoparticules d’argent, sont commercialisés par les sociétés Brita®, Aquapure® ou Kinetico®.

Fin de citation

Je vais écrire d’autres articles qui reprennent les découvertes de Georges Lakhovsky en 1925 sur la stérilisation de l’eau et sa filtration. Rien de nouveau sous le ciel, il y a cent ans les chercheurs avaient déjà trouvés, mais l’époque n’était pas prête pour les accepter.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Risques, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.