EM : Quelle fut la découverte du Dr. Robert Andrews Millikan ?

Millikan, un illustre physicien, titulaire du Prix Nobel, pour avoir mesuré la charge de l’électron a mis en évidence l’existence des ondes cosmiques. En effet, alors travaillant à l’institut de Technologie de la Californie, en 1925, il mesura pour la première fois les ondes cosmiques.

D’après un article de Times daté de 12 septembre 1927, l’allemand Dr. Werner Kohlhoester alors, spécialiste des ondes cosmiques avait déclaré un an auparavant  suite à des observations dans les Alpes, que ces rayons émanaient, principalement depuis les constellations d’Orion, Hercule et Andromède dégageant d’énormes quantités d’énergie.

Millikan fit une expédition scientifique sur le Mont Withney dans la Sierre Nevada, le plus haut sommet des Etats-Unis avec ses 4540 mètres. Il installa sur le les rives du lac Muir, à 1000 mètres d’altitude, un laboratoire de physique. A l’aide d’appareils forts sensibles introduits dans ce lac, il constata qu’à une profondeur de 21 mètres l’influence de ces radiations encore peu connues, ne se faisait pas sentir.

D’autre part, au moyen de ballons munis d’électromètres spéciaux, il put explorer l’atmosphère jusqu’à 15.000 mètres de hauteur, constatant que ces radiations allaient en augmentant en même temps que l’altitude. Il finit donc par conclure que ces radiations,auxquelles il donna le nom de « cosmiques », et que certains appellent « Ultra X » ou astrales,proviennent de l’extérieur de l’atmosphère

Il démontra que les rayons cosmiques sont de même nature que les autres radiations connues, c’est-à-dire que les radiations électriques (découvertes par Hertz et appliquées d’une façon géniale par Marconi et nombre d’autres savants aux transmissions sans fil), que les radiations infra-rouges (c’est-à-dire calorifiques), les radiations lumineuses, les radiations ultra-violettes, les rayons X d’Holweck et de Rœntgen, et enfin les rayons « gamma » des substances radio-actives..

Les rayons cosmiques possèdent la même vitesse que ces radiations, c’est-à-dire 300000 km par seconde, mais ils ont une longueur d’onde extrêmement petite, 0,002 angström environ, l’angström étant la dix-millionième partie du millimètre ou encore 0,0000001 mm. Une fréquence aussi énorme par unité de temps (30 quintillions de vibrations par seconde, c’est-à-dire 30.000.000.000.000.000.000.000) donne à ces radiations une pénétration extra ordinaire.

La découverte de Millikan parut n’avoir d’autre but que la démonstration des transformations grandioses qui se produisent dans l’univers et donnent naissance à ces radiations, mais il ne sembla pas que la connaissance de ces transformations pouvait avoir d’autre utilité.

Texte tiré des Notes de Professeur Sordello Attilj, de Rome.Extraits des « Quaderni Radiologici » n° 3, Belluno, mai-juin 1930, reporté dans le livre de l’oscillation cellulaire de Georges Lakhovsky

Pour aller plus loin ici et


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, Généralités, ondes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.