AC : Comment l’argent se dépose dans les tissus et devient toxique ? (d’après l’agent gouvernemental américain de la santé)

Sur le site de CDC (Centers For Disease Control And Prevention) sous l’égide du gouvernement américain à l’adresse ci-contre http://www.cdc.gov/, j’ai découvert un document intéressant qui apporte des réponses concrètes concernant l’argent et ses effets. Je vais écrire une série d’articles pour éplucher les informations contenues dans ce document. Ce document peut-être trouvé à cette adresse => http://www.atsdr.cdc.gov/ToxProfiles/tp146-c2.pdf.

Alors dans cet article il s’agit pour moi de traduire en français un paragraphe concernant les effets de l’argent sur le métabolisme et notamment comment celui ci se dépose dans les tissus humains.

Ci-dessous, je cite :

Le dépôt d’argent dans les tissus est le résultat de la précipitation des sels d’argent insolubles, tels que le chlorure d’argent et le phosphate d’argent. Ces sels d’argent insolubles semblent être transformés en albuminates (sels des albumines) de sulfure d’argent solubles, et se lient ou forment des complexes avec des groupes amino ou carboxyle dans l’ARN, l’ADN et les protéines, ou alors, ils sont réduits  en argent métallique par l’acide ascorbique ou catécholamines (Danscher 1981) [1].

La coloration bleue ou grise de la peau exposée à la lumière ultraviolette chez l’homme avec argyrie peut être causée par la photo-réduction de chlorure d’argent en argent métallique. L’argent métallique est ensuite oxydé et lié en tant que sulfure d’argent noir (Danscher 1981).

Buckley et al. (1965) identifièrent des particules d’argent déposées dans le derme d’une femme avec argyrie localisée comme étant des composés de sulfure d’argent.

Chez les rats, les dépôts d’argent dans les organes internes comme les reins, ont été également identifiés sous forme de sulfure (Berry et Galle, 1982).

Dans des conditions de l’exposition à des doses élevées de sélénium, le soufre peut être remplacé par le sélénium (Berry et Galle, 1982). Le dépôt d’argent dans le rein a été augmenté dans des conditions d’exposition au sélénium élevé.

Il est possible que le développement de l’argyrie chez les personnes exposées à l’argent qui ingèrent des aliments contenant de grandes quantités de sélénium soit lié.

Fin de citation

Dans la section 2.7 du document, il est rapporté la chose suivante :

Je cite

Les populations qui sont particulièrement sensibles aux effets toxiques de l’argent sont ceux qui ont une carence alimentaire  en vitamine E ou de sélénium, ou qui peuvent avoir une déficience génétique dans le métabolisme de ces nutriments essentiels.

Les personnes dont le foie est endommagé peuvent également être plus sensibles aux effets de l’exposition d’argent. En outre, les populations ayant une forte exposition au sélénium peuvent être plus susceptibles de développer de l’argyrie. De plus, certaines personnes peuvent présenter une réaction allergique à l’argent.

Fin de citation

[1] En fait, dans un article (Toxicité des composés d’argent métal) il y a un an, ce paragraphe est cité.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Risques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.