EM : Vitalistes versus mécanistes et chimistes Fin

La croyance d’Ehrlich que la science nous fournirait enfin des «pilules magiques » qui permettraient de guérir chaque maladie semblait se réaliser pendant et après l’explosion technologique de la seconde guerre mondiale.

La pénicilline, un antibiotique qui révolutionna la pratique de la médecine et, plus important encore, permit d’espérer que d’autres agents chimiques pouvaient être trouvés qui produiraient sélectivement les effets souhaités sur le cancer et d’autres maladies dégénératives.

La découverte de l’ADN comme la base de l’hérédité vint renforcer la notion darwinienne de l’évolution aléatoire, réduisant les êtres humains à des machines simples contrôlées par la composition de leurs paires de bases d’ADN.

Les progrès dans la compréhension des processus chimiques de l’organisme et dans les techniques chirurgicales, telles que l’utilisation d’organes artificiels et les greffes d’organes, ont presque réalisé le rêve du Dr Frankenstein, la fabrication d’un être humain à partir de pièces séparées.

Nous sommes en train de se préparer à modifier notre matériel génétique pour produire une «meilleure» personne. L’idée que les organes artificiels sont les mêmes, ou, mieux encore que, ceux avec lesquels nous sommes nés, est entrée dans l’esprit populaire.

À bien des égards, la médecine moderne est allée au-delà de la médecine scientifique vers une nouvelle phase, celle de la révolution technologique. Dans le même temps, la technologie est devenue dominante dans la société et dans nos vies.

L’électromagnétisme est devenue la « dynamo » de notre civilisation, et à travers son utilisation pour la puissance et la communication, nous avons réussi à changer notre environnement plus radicalement que jamais auparavant.

Depuis que la science a totalement exclu les forces électromagnétiques de la vie, nous avons accepté avec empressement ces remarquables « progrès » sans même remettre en question leurs effets biologiques possibles. Le troisième tournant mal négocié a été pris.

Cette révolution technologique, maintenant âgée de quarante ans (note personnelle : l’auteur a écrit son livre dans les 1980, cela n’a pas évolué depuis), a commencé à montrer ses défauts. La médecine qu’elle a produite est de plus en plus complexe, coûteuse et inadéquate. Nous n’avons pas réussi à trouver de solution miracle pour autre chose que les maladies infectieuses, et nous sommes confrontés à un éventail de nouvelles maladies contre lesquelles la médecine technologique apparaît impuissante.

La vision mécaniste de la vie s’est progressivement montrée incapable de fournir des explications satisfaisantes pour les fonctions de base des êtres vivants. Ses partisans ont confondu les mécanismes de la vie  (au sens machinerie) avec la vie elle-même, et dans le processus ont réussi à en savoir davantage sur la machinerie, mais de moins en moins sur la vie.

Deux révolutions sont maintenant en marche : Premièrement, les patients et les médecins ont commencé à explorer de nouvelles voix et les approches pour faire face à ces problèmes grandissants. Deuxièmement, les scientifiques, les physiciens et les biologistes se sont mis d’accord sur l’élaboration d’un nouveau paradigme qui réintroduit l’énergie dans la vie ou le vivant. Ce paradigme réhabilite les croyances des anciens et comment celles ci influencent le développement des thérapies médicales tout en révélant les conséquences désastreuses de l’utilisation de forces électromagnétiques incontrôlées.

Tiré de Cross Currents de Dr. O. Becker


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, histoire de la médecine, Philosophie médicale, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.