AC : Réponse à une question sur l’argent colloïdal et les ondes, suite et fin

Dans un premier article j’apportais une réponse à une question posée par une abonnée, je promettais également dans l’article d’apporter des preuves scientifiques basées sur une étude française émanant du CNRS. Pour rappel, le CNRS « était » un des fleurons de la science en France, tout simplement parce que les chercheurs pouvaient chercher dans le domaine fondamental.

La recherche fondamentale ne vise pas nécessairement des applications directes dans l’industrie ou autres domaines, mais permet d’établir ou valider des lois fondamentales de la physique, chimie et tout autres domaines scientifiques, puis viennent les applications.

Si on ne donne pas la liberté aux chercheurs de chercher, comme aux artistes de créer, alors on va orienter la recherche, encore une fois, je crois que la vérité est au centre. Ci-dessous, l’étude et les quelques conclusions. Le document se trouve ici.

L’étude traite de la « Croissance de nanoparticules d’argent dans des verres sodocalciques par irradiation laser ultraviolette continue des petites aux grosses nanoparticules ». Elle a été faite au « Laboratoire Hubert Curien, UMR CNRS 5516, 18F rue Benoît Lauras 42023 Saint Etienne cedex.

Ci-dessous, je cite le résumé :

Nous présentons une méthode de croissance de nanoparticules d’argent par insolation laser ultraviolette (UV) continue dans des verres sodocalciques. La taille et la concentration des nanoparticules dépendent de la densité de puissance du laser. Le diamètre des particules ainsi formées varie de 10 nm jusqu’à 500 nm environ.

L’insolation UV pulsée de verres échangés contenant préalablement des particules d’argent conduit à la déformation, à la réduction de taille voire à la disparition des nanoparticules.

Dans cette étude, nous montrons que l’irradiation d’un verre sodocalcique commercial contenant des ions argent, par un laser UV continu, permet de faire croître des nanoparticules d’argent. La taille des particules ainsi obtenues dépend directement de la densité de puissance utilisée. en contrôlant cette densité, il est possible d’obtenir des particules dont le diamètre varie de 2 à 500 nm environ, la formation des plus grosses étant due à un phénomène de coalescence.

Pour de fortes densités d’insolation, la concentration des particules devient extrêmement élevée et le verre présente un aspect quasi-métallique en surface.

….

Il en résulte un phénomène de coalescence des petites particules dans les plus grosses.

Fin de citation

D’après cette étude, nous pouvons affirmer que les ondes ultraviolettes peuvent être objet à faire croître les particules d’argent contenu dans des verres. Ce qui compte, c’est la puissance de ces ondes (donc pourquoi pas les rayons X qui sont justes après les ondes ultraviolettes dans le spectre électromagnétique), tout dépend de la puissance d’émission et de la durée. Dans l’étude présentée, la puissance d’émission est égale à 70 mW délivrée à une distance de 500 μm de la surface du verre, donc des conditions particulières que dans la vie de tous les jours, nous risquons de rencontrer de façon très rare. Quoique, à ce stade, je n’en sais rien.

Ce que l’on sait, c’est que les ondes (UV, des rayons X, des rayons gamma et des rayons cosmiques) au-delà des ondes visibles (lumière visible par l’œil) sont dangereuses, car elles ont la capacité de rompre la composition des atomes. Quelle doit être la durée d’exposition et la puissance pour rompre les liaisons entre les atomes dans notre cas pour que les petites particules d’argent virent vers des grosses, je n’en sais rien pour le moment.

Autre chose au sujet de l’étude, les ondes UV dans l’étude ci-dessus sont pulsées. D’autres articles feront l’objet d’explications plus poussées concernant les ondes pulsées, mais en une phrase, ce sont des sortes de “bouffées” ou “paquets” de micro-ondes (UV, rayons X, etc.) qui sortent du laser avec des fréquences basses. Ces ondes sont beaucoup plus dangereuses. Mais on verra tout cela en son temps.

Pour finir, je pense qu’il est clair que la solution colloïdale peut se dégrader sous exposition de micro-ondes, mais avec quelle puissance d’exposition et avec quelle durée d’exposition, je n’en sais rien. Est-ce que le passage d’une valise contenant une bouteille teintée (d’argent colloïdal) à travers les portiques de rayons X peut avoir un effet sur la solution ? J’ai envie de dire non, mais peut-être que je me trompe. Toujours est-il que si effet il y a, l’efficacité de la solution ne devrait pas être mise en cause entièrement.

Voilà Madame, j’espère que j’ai apporté quelques éléments de réponses.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Documentation, Questions, Risques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.