AC : Réponse à une question sur l'argent colloïdal et les ondes

J’ai reçu une question d’une abonnée sur les effets des ondes sur l’argent colloïdal et notamment l’exposition des bouteilles aux rayons X dans les douanes et aéroports. Voir le courrier de la lectrice ci-dessous :

Je cite :

Bonjour Monsieur,

Je me posais une question concernant l’exposition des bouteilles d’argent colloïdal aux rayons x des douanes et aéroports lorsque celui-ci provient de l’étranger ou que l’on désire partir en voyage et avoir dans ses bagages ce remède.

Il est recommandé de ne pas exposer celui-ci aux ondes électro-magnétiques, donc qu’en est-il, lorsque les flacons transitent et que l’on ne sait pas à quoi ils sont soumis. Lorsque l’on conseille de ne pas les laisser à proximité d’ondes, est-ce-que l’on doit comprendre qu’il faut éviter qu’ils soient près de téléphones, ordinateurs ou systèmes wifi et à quelle distance ?

Je vous remercie pour votre attention ainsi que votre réponse car je suis allée consulter vos articles mais n’en ai pas trouvé qui traitent de ce point.

Cordialement.

Nadine,

Fin de citation

Chère Madame, lors de mes recherches, je ne suis pas encore tombé sur des articles traitant de ce sujet, quoique, je vais exposer les dires d’un article issu du CNRS et si je puis me permettre, je vais utiliser mon bon sens, sachant qu’il ne faille pas faire forcément confiance à ce dernier. Toujours est-il que dans mes recherches futures, si je viens à lire des articles ou documents qui parlent de ce sujet, je l’aborderai volontiers.

Dans cette réponse, je mets en avant ce que j’ai déjà écrit et le bon sens appuyé avec quelques connaissances légères, et dans l’article suivant je vais parler de l’article issu du CNRS.

Que savons nous déjà de notre solution colloïdale ? Nous savons que dans celle-ci, il y a des ions d’argent et des particules d’argent (plusieurs atomes d’argent mis ensemble). Selon la méthode de fabrication, il y aura plus d’ions que de particules et vice-versa.

D’après l’article que j’ai écris en janvier de cette année Pourquoi le potentiel zêta dans l’argent colloïdal ?, ces éléments sont dans un état d’équilibre, autrement dit, les colloïdes « se répulsent » grâce à la force de Coulomb. Cette répulsion se fait grâce à un phénomène physique qui s’appelle « adsorption » à ne pas confondre avec l’absorption.

Dans deux autres articles écrits en janvier de cette année, voir ici Pourquoi utiliser une bouteille en verre teinté pour stocker son argent colloïdal et un autre en mars La stabilité et la conservation de l’argent colloïdal suite. J’évoquais que les rayons ultraviolets peuvent apporter suffisamment d’énergie sous certaines conditions, je cite ce que j’ai écrit à ce sujet ci-dessous :

La libération d’électrons appelés photo-électrons se fait sous irradiation ultraviolette, dans ce cas, un métal émet spontanément des électrons, cet effet est appelé effet photoélectrique. Il n’a lieu que pour une fréquence du rayonnement supérieur à un seuil (dépendant du métal) en dessous du seuil, l’effet photoélectrique ne se produit pas quelle que soit l’intensité du rayonnement. Le principe est très simple, la lumière entre en collision avec une surface métallique (ici dans notre cas des particules d’argent en suspension) en libérant des électrons, ces derniers viennent se conjuguer avec nos Ag+ pour produire encore d’autres atomes d’argent et ainsi de suite.

Fin de citation

Donc apriori, le seul problème d’exposition aux ondes ultraviolettes (et non rayon X) serait d’engendrer un emballement de la solution colloïdale, c’est-à-dire, un grossissement des particules et donc une diminution de l’effet bactéricide de la solution.

Pour ce qui est du rayonnement ultraviolet (UV), c’est un rayonnement électromagnétique d’une longueur d’onde intermédiaire entre celle de la lumière visible et celle des rayons X. Pour ce qui est des rayons X, ces rayons de haute fréquence sont appelés « ionisants », autrement dit, lorsqu’un rayon de ce type rencontre un atome ou une molécule (d’eau par exemple), un électron est libéré et on obtient un ion. Dans le cas de l’argent par exemple, si l’atome d’argent perd un électron, alors il devient un ion d’argent Ag+.

Quels sont les effets alors sur notre solution, le même qu’évoqué ci-dessus, c’est-à-dire, un effet potentiel d’emballement, l’équilibre des particules et des ions d’argent est remis en cause et donc il y a agglutination de ces derniers qui engendre une perte d’efficacité de la solution.

Pour rappel, une solution d’argent colloïdal est efficace que si les colloïdes sont de petites tailles.

A suivre dans le prochain article …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Argent Colloïdal, Documentation, Questions, Risques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.