EM : Emil du Bois-Reymond, vitalistes versus mécanistes et chimistes (dixième partie)

Cinquante ans après les expériences de Galvani, Emil Du Bois-Reymond découvrit que le passage de l’influx nerveux pouvait être détecté électriquement. Estimant qu’il avait « identifié le principe nerveux à l’aide de l’électricité », il postula que l’influx nerveux était le passage d’une somme d’énergie électrique sous forme « fluide » à travers les fibres nerveuses.

A partir de là, l’importance de tout le système nerveux de toutes les fonctions de vie a été établie. Les vitalistes célébrèrent le fait que l’électricité était redevenue la force de vie, par l’intermédiaire du cerveau et des nerfs. Mais cet heureux état ne dura pas longtemps.

Un an après, Hermann von Helmholtz mesura la vitesse de l’électricité dans un fil. Il conclut que, bien que le passage de l’influx nerveux pouvait être mesuré électriquement, ce n’était pas réellement le passage d’une masse de particules électriques.

Texte tiré de « Cross Currents » de Dr. O. Becker

=>EM : Julius Bernstein, vitalistes versus mécanistes et chimistes (onzième partie)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Electromagnétisme, histoire de la médecine, Philosophie médicale, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.