AC : Pourquoi les bactéries ne deviennent pas résistantes à l'argent ?

Dans cet article, j’expose les raisons évoquées par les chercheurs qui expliquent pourquoi les bactéries ne peuvent développer une résistance à l’argent.

Ci-dessous, un extrait du site qui commercialise le produit SilverKare.

Je cite :

Conformément aux recherches éffectuées sur l’action de l’argent colloïdal sur les bactéries, il semblerait que ce dernier est un produit non toxique pour les bactéries et ne les «tuent» pas directement. Par conséquent, les bactéries ou d’autres agents pathogènes ne peuvent s’immuniser contre l’action de l’argent colloïdal. ce dernier agit indirectement, il désactive simplementla capacité à assimiler l’oxygène par  les «germes», et donc  le germe finir par mourrir.

Fin de citation.

Pour étayer leurs dires, j’ai cherché et trouvé un article écrit par des scientifiques qui parle dans le même sens de l’action de l’argent sur les bactéries et germes. Voir article en anglais ici.

Je cite :

Les nanoparticules d’argent ont une très grande surface relative. Ainsi, leur contact avec les bactéries ou les champignons augmente, améliorant considérablement leur efficacité bactéricide et fongicide. Les nanoparticules d’argent sont très réactifs avec les protéines. Lorsqu’ils rentrent en contact avec des bactéries et des champignons, cela affecte le métabolisme cellulaire et inhibe la croissance cellulaire. les nanoparticules d’argent stoppent non seulement la respiration, mais le métabolisme basal du système de transfert électronique et le transport du substrat dans la membrane cellulaire pour les microbes.

En outre, il inhibe la multiplication et la croissance de ces bactéries et les champignons qui causent l’infection, l’odeur, les démangeaisons et des plaies. Ainsi, des nano-particules d’argent sont largement appliqués aux chaussettes en vue d’empêcher la croissance des bactéries. En outre, ces mêmes nano-particules d’argent peuvent être appliquées à une gamme de produits de soins de santé tels que des pansements pour brûlures, et des greffes de peau [1], [2], [3].

1. Anonymous, Nanotechnologies keep feet healthy, Advance in Textiles Technology, 2003. 3: p. 10-11.

2. Lee, H.J., Yeo, S.Y., and Jeong, S.H., Antibacterial effect of nanosized silver colloidal solution on textile fabrics, Journal of Materials Science, 2003. 38: p. 2199-2204.

3. Yeo, S.Y. and Jeong, S.H., Preparation and characterization of polypropylene/silver nanocomposite fibers, Polymer International, 2003. 52: p. 1053-1057.

Fin de citation


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Documentation, Questions, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.