AC : Comment conserver de l'argent ionique ?

Dans cet article, je vais parler de mes expériences, depuis maintenant un an que je fabrique de l’argent colloïdal et que je me documente. J’ai pris conscience qu’un élément vital dans la préservation de l’argent colloïdal (comme pour l’eau distillée) est l’air ambiant. En effet, dans l’air ambiant, il y a beaucoup de polluants. Il n’y a qu’à voir, toute la poussière qui s’accumule sur les étagères lorsqu’on ne passe pas le chiffon.

Juste un petit aperçu de ce dont je parle, la poussière est constituée par exemple de plein de particules issues de la combustion du charbon (quoique de nos jours, cet aspect devrait être moindre), et un nombre bien plus diversifiés de polluants issus de métaux perdus par les pots catalytiques ou des gaz d’échappement des véhicules et des industries. Bref, je ne vais pas faire un cours des constituants de l’air pollué dans lequel nous vivons, quoique intéressant. De plus, la pollution dépend de la région où l’on vit. Toujours est-il que dans l’air, des particules existent et peuvent se combiner avec les ions de la solution d’argent ionique. Pour rappel, voir les articles sur comment l’eau distillée est polluée lorsque celle ci est laissée à l’air ambiant.

Tout ceci pour dire que depuis maintenant deux semaines, j’utilise pour mes bouteilles d’argent colloïdal, les mêmes pompes que pour les bouteilles à vin. Quand j’utilise de l’argent colloïdal d’une bouteille que j’ai entamée, alors je pompe l’air qui y est pénétré de manière à vider la bouteille de son air et ainsi éviter que les particules de l’air polluent ma solution d’agent ionique. Bien évidemment, le meilleur système serait de verser de l’argent ionique sans laisser l’air y pénétrer. J’ai déjà évoqué dans certains articles « Avec quoi peuvent se combiner les ions d’argent » mais j’espère écrire un article qui va davantage parler des constituants de l’air et comment ces derniers peuvent agir avec les ions d’argent.

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Questions, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.