AC : Le nitrate d'argent versus les ions d'argent

Je vous ai rapporté les expériences de Dr. O. Becker. avec les électrodes d’argent extraites du livre « The Body Electric », et bien, ici dans son livre « Cross Currents », il rappelle ses expériences et apporte une information hautement intéressante concernant le nitrate d’argent dont la formule chimique est AgNO3.

En effet, le nitrate d’argent est soluble dans l’eau  et sa décomposition donne :

AgNO3 → Ag+(aq) + NO3(aq)

Or d’après les expériences de Dr. O. Becker, les ions anions NO3 seraient toxiques pour les cellules.

Je cite

Dans le début des années 1970, j’ai commencé une étude sur les effets biologiques des différents types d’électrodes métalliques. J’ai déjà mentionné que le courant dans le voisinage d’une électrode métallique positive est véhiculé au moyen d’ions du même métal.

Ces ions sont positifs à cause d’un manque d’un ou de deux électrons. Du fait de la tension positive au niveau de l’électrode positive, ces ions sont repoussés et conduits dans les tissus. Le résultat est une situation unique, avec un champ de tension contenant un grand nombre d’ions métalliques positifs qui peuvent réagir chimiquement avec les membranes des cellules vivantes.

Il me semblait que les ions métalliques (générés à l’aide du courant électrique) pourraient produire des effets uniques sur les cellules. Nous avons donc testé les effets d’une variété d’électrodes métalliques sur plusieurs types de bactéries en culture. Chaque métal a été testé à des tensions allant du plus petit jusqu’à une tension juste au-dessus du niveau de tension nécessaire pour l’électrolyse. Nous avons constaté qu’au-dessus du niveau de tension nécessaire pour l’électrolyse, les électrodes positives (anodes) tuaient toutes les bactéries, mais également toutes les cellules humaines.

Seule l’anode en argent tua toutes les bactéries à ces tensions tout en étant inoffensive pour les cellules humaines.

Ce que nous venions de faire était tout simplement de redécouvrir le fait que l’argent était biocide, ce fait était connu depuis des siècles. Toutefois, les applications cliniques précédentes avaient consisté à appliquer de très minces feuilles d’argent métallisé ou de composés chimiques d’argent à des tissus infectés. Les feuilles en argent montraient une très grande efficacité car elles dégageaient seulement quelques ions d’argent réactifs, qui ne pénétrèrent pas les tissus.

En fait, les composés d’argent ont été toxiques pour les tissus humains à travers l’action des anions (par exemple les ions nitrate).

Lorsque les antibiotiques ont été découverts, les utilisations cliniques de l’argent comme un antibiotique ont été abandonnées.

On peut aussi produire des ions métalliques positifs dans les tissus par la dissociation de composés chimiques solubles d’un métal. Par exemple, le nitrate d’argent est un composé d’ions nitrate (NO3-) et d’argent (Ag +). Une fois sec, il ressemble à un matériau cristallin (AgNO3); lorsqu’il est dissout, il se dissocie en deux ions, Ag + (le cation d’argent positif) et NO3- (l’anion nitrate négatif). Dans ce cas, les deux ions sont capables de réagir avec les cellules. Malheureusement, le NO3- forment de l’acide nitrique, qui est nocif pour les tissus. La méthode de production électrique des cations métalliques à partir d’une électrode positive est la seule façon d’obtenir un ion métallique sans son anion.

Fin de citation

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Documentation, Risques, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.