AC : Pourquoi il ne faut pas se focaliser que sur la notion de PPM quand on parle d'argent colloïdal ou ionique?

Bon, j’ai reçu un courrier d’un lecteur du blog m’informant d’une précision sur l’importance de la concentration affichée en terme de ppm concernant l’argent colloïdal. Ci-dessous, son courrier :

Bonjour

J’ai consulté vos sondages et en regardant celui sur la concentration utilisée par les utilisateurs, je me suis rappelé de ce que j’avais lu sur le site ou j’achète régulièrement de l’argent colloïdal 15ppm.

Celui-ci, explique que les 15 ppm se justifiaient par le fait que le produit se dilue dans les fluides corporels et que les tests avec de l’AC à 5ppm effectués sur des bactéries ne représentaient pas réellement ce qui se passe dans notre organisme.

Voici le lien :

http://www.acheterargentcolloidal.com/posologie_argent_colloidal.htm

Je vais écrire une série d’articles afin de recentrer l’idée fausse que nous risquons de faire à mon sens concernant le terme PPM. J’ai déjà écrit quelques articles, démontrant l’abus de langage et le danger de ce dernier. Ci-dessous, le premier volet de cette série, celui-ci provient d’un site américain qui se trouve ici même => http://www.thesilveredge.com/ppm.shtml. Avant que le site http://health2us.com ferme, j’avais également repéré un article fort intéressant comme celui que j’ai traduit, qui permettent de rectifier cette idée sur la notion de PPM, on parle trop de ppm et pas assez de tailles de particules d’argent, pour rappel, l’indication sur la taille est plus importante que l’indication sur le PPM, car c’est bien grâce à la taille des particules que le pouvoir germicide de l’argent est mis en avant.

Je cite

La notion de « ppm » (parties par million) pour désigner une concentration d’argent colloïdal est largement utilisée, mais tout aussi largement méconnue.

Par exemple, beaucoup de gens croient que ppm en quelque sorte désigne la force, ou le pouvoir germicide de l’argent colloïdal. D’autres pensent qu’il représente le nombre de particules d’argent dans un certain volume d’eau. Pourtant la réalité est autre.

La désignation « ppm » est également considérée comme une indication de la concentration d’argent dans l’eau. Mais ce n’est pas encore tout à fait exact.

Qu’est-ce que PPM?

En quoi consiste exactement la notion de « ppm », telle qu’elle est appliquée à l’argent colloïdal?

Par définition 1 ppm d’argent colloïdal est un milligramme d’argent déposé dans un litre d’eau (1.000 ml), soit 1 mg / l. Il est donc, en réalité, une mesure du poids global de l’argent dans un litre d’eau, et non le nombre de particules d’argent!

Pourquoi est-ce si important de comprendre? Parce que le poids réel (ppm) d’argent dans une solution d’argent colloïdal a une incidence très peu sur son efficacité. Par contre, la finesse et la teneur en argent total et la répartition déterminent en fin de compte l’efficacité. Voici pourquoi …

Des particules d’argent fines pour accroître le pouvoir germicide

Par exemple, un dollar américain Silver Eagle pèse environ une once, soit environ 28.349 milligrammes (mg). Dans un litre d’eau, cela représente 28.349 ppm. Maintenant, toutes proportions gardées, c’est un bon paquet d’argent. Mais si vous déposez un dollar en argent dans un verre d’un litre d’eau et le buvez, en avalant le dollar en argent avec l’eau, il aurait très peu de valeur thérapeutique, sauf peut-être comme la pièce fait son chemin à travers le tractus intestinal où il entre probablement en contact avec quelques colonies de pathogènes afin de tuer certaines d’entre elles.

Mais dans l’ensemble, la pièce se contentera de faire son chemin à travers les intestins, et sera excrétée par la voie normale d’élimination, en sortant tout naturellement dans les fèces. Ceci tout simplement parce que c’est une seule pièce, plutôt que d’être finement divisée en plusieurs milliers, voire des millions de morceaux sous-microscopiques, les tissus et organes, de même que les cellules de l’organisme n’auront aucun pouvoir de l’absorber, et donc cette pièce aura relativement un pouvoir minuscule pour tuer les agents pathogènes.

Mais qu’arriva-t-il si vous prenez une toute petite fraction de cette pièce d’une once d’argent pur, et vous la découpez finement en plusieurs milliers de minuscules particules d’argent?

Par exemple, disons que vous deviez prendre qu’un milligramme d’argent à partir de cette pièce d’un dollar en argent. C’est seulement 1 ppm d’argent dans un litre d’eau. Et elle ne représente que 1 / 28,349ème du poids total de la pièce. Et disons que vous la divisez en 500.000 minuscules particules. Comme il faut une seule particule d’argent pour désactiver un agent pathogène, vous auriez maintenant 500.000 différentes possibilités de tuer les agents pathogènes. Donc, même si ce n’est qu’une infime fraction de la quantité d’argent de la pièce du dollar, il représente 500.000 fois plus de pouvoir antimicrobien dans le corps humain! De plus, cette finesse permet à l’organisme de l’absorber plus facilement, de propager ou véhiculer les particules vers les zones colonisées par les agents pathogènes.

Ainsi, en divisant en petits morceaux 1 mg une pièce d’argent, vous augmentez le pouvoir germicide davantage qu’en avalant une once (28 349 ppm) d’une pièce de monnaie en argent contenue dans un litre d’eau!

Ainsi, alors que la pièce d’une once d’argent vous donne un poids en argent beaucoup plus contenu dans un litre d’eau (qui est la définition de « ppm »), le petit morceau d’1 mg d’une pièce d’argent divisée en 500.000 morceaux minuscules vous donne littéralement cinq cent mille fois plus de pouvoir germicide. C’est ce que nous entendons lorsque nous disons que la concentration d’argent en ppm ou le poids total de l’argent dans la solution d’argent colloïdal n’a pas d’importance, par contre, l’efficacité provient de la subdivision de cet argent en de multitudes particules fines.

Maintenant, disons que vous divisez 1 mg d’argent encore plus finement, en cinq millions de minuscules particules d’argent au lieu de seulement 500.000. Puisque les particules d’argent sont plus petites et donc plus facilement absorbées par l’organisme et distribuées dans les organes du corps, des tissus et cellules, vous avez maintenant une solution en argent dix fois plus efficace qu’auparavant. Au lieu qu’il y ait 500.000 tueurs d’agents pathogènes, vous auriez maintenant cinq millions, vous auriez décuplé la puissance germicide de votre solution dans le corps. Pourtant, vous auriez toujours la même quantité exacte d’argent dans votre corps, 1 mg par litre d’eau, ou 1 ppm!

Et si vous divisez le mg d’argent en dix millions de particules d’argent très fines, vous augmentez davantage la capacité phénoménale d’absorption par le corps de ces particules, et la distribution dans les organes du corps, des tissus et cellules. Et pourtant, vous utilisez toujours la même quantité d’argent en poids, 1 mg par litre d’eau, ou 1 ppm!

De toute évidence, 1 ppm (1 mg par litre) d’une solution d’argent colloïdal dans lequel l’argent a été finement divisé en dix millions de particules d’argent va être beaucoup plus efficace que 1 ppm dans une solution d’argent colloïdal, dont l’argent a été divisé en cinq millions de particules d’argent. Donc, vous voyez, la même quantité d’argent n’offre pas le même pouvoir germicide selon qu’il est divisé en petites particules ou en grandes!

Voyez-vous maintenant pourquoi nous disons que la désignation en terme de « ppm » peut être très trompeuse? Au lieu de vous concentrer uniquement sur l’indication « ppm », vous avez vraiment besoin de savoir ce qu’est la taille des particules de l’argent en solution.

Fin de citation

=> AC : Pourquoi il ne faut pas se focaliser que sur la notion de PPM quand on parle d’argent colloïdal ou ionique? Suite & Fin


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Fabrication, Questions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.