AC : Otites soignées en 1908 à l'aide d'Electrargol (argent colloïdal) (Massier)

Il y a une mine de témoignages dans les bulletins « Les Métaux Colloïdaux électriques et leurs Applications thérapeutiques » édité par les laboratoires CLIN, 20, rue des fossés-saint-jacques PARIS., je prends au hasard un témoignage sur une otite à la page 41.

Pour rappel, comme évoqué dans l’article précédent, l’électrargol était de l’argent colloïdal obtenu avec la méthode des arcs électriques.

Observation XXXXIV (Massier)

Otite moyenne suppurée chronique avec polypes et fongosités datant de plusieurs années. Je fais l’ablation des polypes et granulations et je pratique un badigeonnage à l’Electrargol. Je prescris un bain d’oreilles une à deux fois par jour avec de l’Electrargol. Dès le second jour, disparition de toute suppuration; je fais continuer quelques temps ce traitement et ma petite malade guérit.

Observation XXXXV (Massier)

Otite moyenne suppurée chronique ayant occasionné de la paralysie faciale chez un enfant de 8 ans. J’enlève un énorme polype, il y a plus d’un an. La paralysie faciale disparaît, mais la suppuration persiste. J’emploie alors l’Electrargol en badigeonnage. Amélioration rapide. Les vacances scolaire m’ont fait perdre de vue mon malade, et j’espère, en le soumettant au traitement , obtenir un bon résultat.

Que conclure de ces observations? C’est que l’emploi de l’Electrargol en pratique otologique, m’a donné des résultats sur lesquels je ne comptais pas. C’est un médicament qui a l’avantage d’être absolument indolore, sans dangers, même en contact prolongé (puisque je laisse dans la mastoïde en permanence 1 à 2 cc. de la solution) et dont l’action antiseptique et modificatrice me parait de beaucoup supérieure à celle d’autres médicaments employés antérieurement.

C’est le hasard qui m’a conduit à l’employer la première fois, c’est la reconnaissance du succès inespéré que j’ai eu à enregistrer qui m’a fait un devoir de l’utiliser les autres fois avec tout autant de succès. Son champ d’action doit s’étendre, et il mériterait d’être expérimenté dans d’autres manifestations pathologiques de l’oreille, telles que les otites aigües.

Il ne saurait cependant remplacer la gouge et le maillet, mais il trouve son application dans des cas spéciaux tels que ceux que je vous communique.

Titre : Les Métaux colloïdaux électriques et leurs applications thérapeutiques
Éditeur : Laboratoire Clin (Paris)
Type : monographie imprimée
Langue : Français
Format : In-8°, 47 p.
Format : application/pdf
Droits : domaine public
Identifiant : ark:/12148/bpt6k5686529q
Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-TE7-482
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33484654p
Provenance : bnf.fr


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Documentation, Témoignages, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.