AC : Emploi chirurgical de feuilles d'argent laminé, par M. Reboul (de Nîmes, 1903)

Dans cet article, j’ai transcrit les expériences de M. Reboul tirées du même journal (page 525) que celui de l’article précédent. J’ai déjà rapporté plusieurs articles sur pansements appliqués sur les ulcères et sur les plaies, notamment l’article sur les bas de contentions Juzo.

Congrès de chirurgie

Depuis la communication de M. Credé sur les propriétés bactéricides de l’argent (voir semaine médicale, 1896, page 217), j’ai employé des feuilles d’argent laminé, stérilisées à 140° ou 150°, dans le traitement des plaies. Après avoir nettoyé la plaie avec de l’eau bouillie chaude, à l’aide d’une pince à griffes, on applique directement la feuille d’argent sur toute la surface de la plaie ou sur la tumeur; avec un petit tampon de coton, on exerce des pressions sur la feuille d’argent de manière à la rendre intimement adhérente, et on la recouvre ensuite d’un pansement approprié à la région et à la plaie; suivant l’abondance de la suppuration ou de suintement, ce pansement est renouvelé tous les deux jours ou toutes les semaines; il peut rester en place pendant un mois et même davantage sans produire le moindre érythème.

Pour renouveler le pansement, on fait couler un filet d’eau stérilisée chaude sur la plaie ou la tumeur. Les parties de la feuille d’argent détachées sont entraînées avec la suppuration ou les croûtes; je laisse en place les parties adhérentes. Je recouvre ensuite la plaie avec une nouvelle feuille. C’est sur les ulcères variqueux et les plaies anciennes que j’ai commencé à employer les feuilles d’argent comme moyen de pansement.

Je m’en suis servi ensuite pour les ulcérations et les fistules tuberculeuses pour le pansement des lupus traités par électrolyse. Dans 5 cas d’épithélioma cutanée superficiel de la face, l’emploi exclusif des feuilles d’argent a amené la chute des croûtes et une bonne cicatrisation; les résultats ont été durables.

Titre : L’Union pharmaceutique : journal de la Pharmacie centrale de France : organe des intérêts scientifiques, pratiques et moraux de la profession
Auteur : Pharmacie centrale de France et Maison de droguerie Ménier réunies (Paris)
Éditeur : Pharmacie centrale de France (Paris)
Date d’édition : 1860-1940
Contributeur : Dorvault, François (1815-1879). Directeur de publication
Contributeur : Genevoix, Émile. Directeur de publication
Contributeur : Buchet, Charles. Directeur de publication
Contributeur : Cazeneuve, Paul (1852-1934). Directeur de publication
Contributeur : Viron, Lucien-Alexandre (Dr). Directeur de publication
Type : texte , publication en série imprimée
Langue : Français
Format : application/pdf
Droits : domaine public
Identifiant : ark:/12148/cb34378475t/date
Identifiant : ISSN 03724433
Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-T44-17
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34378475t
Provenance : bnf.fr
Description : Variante(s) de titre : L’Union pharmaceutique et le Bulletin commercial réunis
Description : Variante(s) de titre : L’Union pharmaceutique, le Bulletin commercial et le Répertoire de pharmacie… réunis
Description : Périodicité : Mensuel


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Documentation, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.