AC : La magie des ions d’argent (The Body Electric) suite et fin

Dans cet article*, je divulgue enfin la découverte faite par le Dr. Becker à partir des années 80. Par ailleurs, si vous souhaitez faire des dons, le prochain livre que je voudrai lire** est celui ci Cross Currents [Paperback] toujours du même auteur. J’espère que vous avez apprécié le retour que j’ai fait suite à la lecture du livre et que vous apprécierai d’autant plus celui que j’espère faire avec le prochain volume.

Son invention est un système iontophorétique (consistant à introduire dans un organisme des ions médicamenteux à l’aide d’un courant électrique continu) pour promouvoir le processus de guérison des tissus et induire la régénération. Le système comprend un dispositif et un procédé, une composition et des méthodes pour rendre la composition in vitro et in vivo.

Le système est mis en œuvre comme suit : une anode souple, contenant de l’argent est mis en contact avec la plaie, une cathode est placée sur la peau intacte à proximité de l’anode, et une tension de blessure spécifique continue est appliquée entre l’anode et la cathode.

Les ions d’argent électriquement générés à l’anode pénètrent dans les tissus adjacents et subissent une série de trois réactions. Tout d’abord, les ions d’argent se combinent avec des protéines, des peptides et des diverses autres espèces chimiques habituellement présents dans les tissus. Les ions d’argent se combinent aussi avec toutes les bactéries, les champignons ou les virus présents dans la zone de traitement.

Si le traitement est poursuivi après que la totalité ou la plupart des bactéries, virus ou champignons sont anéantis, les ions d’argent nouvellement générés s’associent avec des cellules dans la région de la plaie, en particulier des fibroblastes et des cellules épithéliales, ce qui permet une dé-différenciation de ces cellules en cellules embryonnaires. Ensuite, si le traitement est poursuivi après que cette deuxième réaction est pratiquement terminée, les ions d’argent vont former un complexe avec des fibres de collagène présentes dans la plaie.

Ce complexe d’argent et de collagène est censé agir comme un catalyseur biologique pour activer grâce aux fibroblastes et aux cellules embryonnaires (ou souches dé-différenciées) précédemment produits de l’épiderme à se multiplier et produire un blastème adéquat pour la régénération.

Dans les mammifères, y compris chez l’homme, les plaies sont traitées au cas échéant avec une différence de potentiel spécifique à la  blessure, pour une période de temps suffisante pour mener à bien les réactions décrites ci-dessus, et avec des électrodes (anodes) en mesure de fournir un nombre suffisant d’ions d’argent pour que ces réactions aient lieu, les effets qui en résultent sont analogues à ceux observés chez les animaux (comme la salamandre) qui sont naturellement susceptibles de régénération.

Autrement dit, les cellules dé-différenciées qui sont activées se multiplient rapidement pour former un blastème qui est suffisant pour soutenir la régénération des tissus disparus ou blessés (peau, tissus sous-cutanés, des os, et ainsi de suite).

Une des principales caractéristiques de la présente invention est la mise sous tension des électrodes à l’échelle de la taille de la plaie. Étonnamment, une tension à peu près constante sur l’ordre de 0,1 V par pouce Carré de surface de la plaie (environ 0,0155 V par cm. Carré) a été jugée optimale pour favoriser la cicatrisation et la régénération des tissus tout en évitant des effets non désirables liés à l’électrolyse.

Non seulement les différences de potentiel spécifiques utilisées sont remarquablement efficaces dans la stimulation de la cicatrisation des tissus et la régénération, mais les ions d’argent électriquement produits et injectés directement dans la zone de la plaie sont extrêmement efficaces contre une grande variété de bactéries (y compris celles à Gram positif et négatif, sous forme d’aérobie et anaérobie), les champignons, et les infections locales de type viral.

Par conséquent, dans des conditions optimales de traitement, les ions d’argent produits électriquement  sont très efficaces contre les infections mixtes et contre de nombreuses souches résistantes aux antibiotiques.

Une caractéristique importante de la découverte est l’électrode au pôle positif appelée l’anode, qui est faite d’un matériau ayant une teneur en argent suffisamment élevée pour fournir les ions d’argent nécessaires à la plaie. L’anode est constituée d’un matériau souple, contenant de l’argent qui est conforme à la surface de la plaie, comme le tissu en nylon recouverts d’argent ou autres. Les matériaux utilisables avec cette découverte devraient contenir une quantité suffisante d’argent pour produire un courant approximativement constant dans la zone traitée pendant au moins plusieurs heures, de préférence 12 à 24 heures.

Ainsi, les matériaux contenant de l’argent avec une faible résistance spécifique sont nécessaires, de préférence des matériaux ayant une résistance spécifique ne dépassant pas environ 5 ohm/cm, ou même supérieure à environ 1 ohm/cm.  En outre, les matériaux avec une teneur en argent à peu près uniforme (une teneur en argent uniforme par unité de surface) qui produisent une résistance uniforme spécifique sur tout le long de l’électrode sont préférables.  Les autres métaux (or, cuivre, zinc, etc) peuvent également être efficaces.

Une autre caractéristique de la découverte est la cathode, qui, comme l’anode, est constituée d’un flexible, un matériau conducteur électrique, de préférence un matériau ayant une résistance spécifique ne dépassant pas environ 500 ohm/cm. A titre d’exemple, la cathode peut être faite de caoutchouc de carbone ou des matériaux analogues.

Pour des résultats optimaux, la cathode est placée de manière à obtenir un débit de courant à peu près uniforme dans la région traitée. Dans le corps humain, le courant tend à suivre le chemin le plus court de l’anode vers la cathode. Par conséquent, chaque fois qu’il est possible, la cathode est placée sur le côté opposé de l’extrémité de la plaie par exemple, pour les plaies sur la paume de la main, la cathode est placée sur le dos de la main; pour des blessures à la face dorsale de l’avant-bras, la cathode est placée sur la face ventrale, et ainsi de suite.

Une autre caractéristique de la découverte est le complexe d’argent collagène, une association spécifique des ions d’argent électriquement injectés avec les fibres de collagène présentes dans la région de la plaie. Quoique cette liaison en théorie ne se fasse pas, on pense que ce complexe unique génère un champ électrique qui active localement des cellules embryonnaires dans la zone traitée, pour aboutir finalement à la formation d’un blastème suffisant pour soutenir la régénération.

Voilà, ce qui termine cette série consacrée au livre « The Body Electric » et en particulier  l’association de l’argent et de l’électricité. J’espère que cette série vous a passionné tout autant que le livre a été passionnant pour moi.

* Sources => The Body Electric et http://rexresearch.com/becker/becker1.htm et ici http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12016344.

** Il est évident que je pourrai m’offrir le livre que je cite dans cet article, l’idée de vous demander une participation est une forme d’échange de bons procédés, maintenant, il ne faut pas se sentir obligé de faire des dons. Après tout, vous êtes en droit de me dire, mais nous vous avons rien demandé, si vous le faîtes, cela vous regarde.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Documentation, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.