AC : La baguette en argent (The Body Electric) N° 6

Dans cet article, je raconte donc l’histoire de John et comment le Dr. Becker a réussi à sauver sa jambe, je vais d’abord présenter le personnage et la situation et dans un prochain article sa guérison. Bien évidemment, tous ces articles sont tirés du chapitre huit du livre « The Body Electric ».

En décembre 1976, un jeune homme a été envoyé à notre clinique pour une amputation. John était un homme des bois et venait du Nord. Au visage tanné et durci, il se faisait une raison et prenait la chose avec philosophie. « Ce qui doit arriver arrivera », dit-il à travers ses lèvres serrées. Trois ans auparavant, il avait eu un accident de motoneige, lui cassant le tibia droit à trois endroits et une fracture du péroné, le plus petit os du bas de la jambe. Il avait été soigné dans un petit hôpital local, où les fractures avaient été infectées. Il avait subi plusieurs opérations afin de retirer les os morts et de traiter l’infection, mais les bactéries continuaient à se propager. Il est venu à nous avec la fracture toujours pas guérie et avec une cavité longue sur le devant de la jambe où l’on pouvait voir complètement les morceaux d’os morts et infectés. Il avait du mal à marcher dans un plâtre allant jusqu’à la hanche. Il était marié et père de cinq jeunes enfants, et sa jambe n’était évidemment pas le seul souci auquel il faisait face, en effet, l’autre était de pouvoir joindre les deux bouts.

« Quel genre de travail faites-vous ? » Je lui ai demandé.

« Je piège les rats musqués, Docteur. »

« C’est tout ? »

« C’est tout ce que je fais Docteur. »

« Comment diable faites-vous avec ce plâtre ? »

« Je mets une botte en caoutchouc jusqu’à la hanche pour protéger le plâtre, Docteur. »

Chasser le rat musqué est un travail difficile, pas un moyen facile pour gagner sa vie, même pour un homme avec deux bonnes jambes. » John, si vous deviez être amputé de votre jambe droite et porter une prothèse, vous ne pourrez plus faire cela. Que ferez-vous alors? »

« Je ne sais pas, sans doute rien. Probablement devenir fou. »

« Vous aimez vraiment votre travail dans les bois n’est ce pas? »

« Je ne ferais rien d’autre, Docteur. »

« Eh bien, allons-y ! Nous allons d’abord procéder aux formalités d’admission à l’hôpital. Quelque chose doit être fait, et j’ai une idée qui pourrait vous permettre de garder votre jambe. » Pour la première fois, John sourit.

Dans la lutte contre l’infection, la première étape consistait à identifier l’ennemi, les microbes. La blessure de John était un véritable zoo. Il y avait au moins cinq types différents de bactéries qui y vivaient. Même pour un seul genre, l’ostéomyélite est notoirement difficile à traiter. Très peu de sang atteint les cellules osseuses pour que les deux, les antibiotiques et les anticorps (agents de défense propre du corps) puissent parvenir là où ils sont nécessaires pour lutter contre les bactéries, et même s’ils parviennent, pas un seul antibiotique pouvait lutter contre tous les germes présents dans la jambe de John. Même un mélange d’antibiotiques créerait probablement un problème plus grave qu’elle n’en résoudrait, puisque toutes les bactéries résistantes à cette combinaison d’antibiotiques pourrait continuer à se répandre comme une traînée de poudre combien même les autres germes seraient détruits.

Les radiographies de la jambe de John étaient tout aussi chaotiques que ses cultures de bactéries, des morceaux d’os morts dans tous les sens sans aucune guérison, mais il fallait d’abord s’occuper de l’infection. Puisque nous devions utiliser un courant positif pendant un certain temps pour détruire les bactéries, j’avais peur de détruire une partie de l’os sain, j’ai donc dit à John que des mois après que nous ayons soigné la plaie et laissé cicatriser la peau, je voudrais le ramener à l’hôpital afin d’utiliser le courant négatif pour stimuler la croissance osseuse avec tout ce qui restait de l’os. Je ne pouvais pas promettre grand-chose puisque je n’avais pas encore essayé le nylon d’argent sur ce type de blessure, je lui expliqua qu’on pourrait rencontrer des problèmes inattendus. Mais John était d’accord avec moi qu’il n’avait rien à perdre, sauf sa jambe, que de toutes les façons son amputation était prévue si rien d’autre était fait.

Quelques jours plus tard, j’ai débridé la plaie et enlevé les tissus morts ainsi que les os morts. Il n’y avait pas grand-chose après mon intervention qui restait. C’était une énorme excavation qui partait presque de son genou à la cheville. Dans la salle d’opération, nous avons trempé un gros morceau de nylon d’argent dans une solution saline et l’avons posé sur la plaie. Il avait été coupé avec une queue pour permettre de brancher le courant électrique et aussi une sorte de tirette que nous pouvions garder au sec, à l’extérieur de la cavité. Nous avons emballé le tissu en place avec de la gaze imbibée de solution saline, enveloppant la jambe et connecté à la batterie.

=> AC : La baguette en argent (The Body Electric) N° 7


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Témoignages, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.