AC : Les risques liés à l’argent colloïdal quand il devient un produit commercial suite

Bon, je viens de recevoir un courrier d’une lectrice du site qui me rapporte son sentiment sur un site marchand que j’ai évoqué dans la section liens*. Il est vrai que j’ai dérogé aux règles que je m’étais fixées, à savoir ne mettre un lien que si un lecteur ou une lectrice m’a transmis une expérience positive. Pour ce site, j’ai juste eu la curiosité de savoir comment ils faisaient pour déterminer la taille des particules et ils m’ont répondu par mail, pour plus de détails voir la page de liens.

Cependant une lectrice me rapporte dans son courrier ci-dessous quelques interrogations qu’elle a eu suite à un contact toujours par courrier concernant le sérieux du site.

Bonjour.

Je suis les articles de votre site chaque semaine, et commande mon AC sur internet. Je vais sûrement acheter un petit générateur me permettant de fabriquer mes doses de 500 ml d’ici peu.

J’aimerais revenir sur un de vos articles : Les risques liés à l’argent colloïdal quand il devient un produit commercial.

Effectivement, j’ai été étonnée de voir qu’un site était devenu leader du marché en France, alors qu’il y a quelques semaines,  je n’en avais encore pas entendu parler. Étant curieuse de nature, j’ai contacté cette personne pour des éclaircissements et je l’ai également interrogée sur  le procédé de fabrication de son argent apparemment vital qui, selon ses dires, a une action magique. On m’a répondu que l’on pouvait produire beaucoup en une journée, qu’il était N °1 avec  « la plus grosse unité de production et le plus gros volume d’affaires  » sans m’apporter aucune preuve, et que pour la fabrication tout était marqué sur le site. (Pas très persuasif)

Je lui ai répondu que j’étais sceptique et qu’il y avait des sites plus connus que le sien qui en vendaient depuis plus longtemps. Il m’a répondu  que sa société avait plusieurs années et qu’il travaillait essentiellement avec des professionnels (sans me donner de référence sérieuse, ni preuve) et qu’il venait de décider de s’ouvrir au particulier. Il a terminé  par un bon weekend, histoire de couper cours à la discussion.

J’ai trouvé cela assez suspect, d’autant plus que sur son site, il est stipulé qu’il ne fabrique à chaque fois que la quantité commandée (soit 30ml ou 500ml). Ce qui est contradictoire avec ses propos.  Je me demande comment il peut faire rentrer des électrodes dans des flacons 30 ml (je comprends mieux l’effet magique !). Dans tous les cas, s’il produit des petites quantités de 500ml, c’est certainement que son générateur est le même que l’on peut se procurer partout, et n’a rien d’un appareil professionnel.

Pour  couronner le tout  j’ai vérifié sur Infogreffe.fr, et sa société n’existe que depuis janvier 2010, alors qu’il prétend exister depuis plusieurs années.

Je vous mets en pièce jointe nos échanges par mail.

Pauline,

Chère Madame, tout d’abord merci pour votre courrier, que dire si n’est qu’il est possible que ce site dise la vérité comme le contraire, du moins peut-être que la vérité est au centre, je n’en sais rien. Pour avoir été depuis une petite vingtaine d’années dans des sociétés et celle notamment dans la quelle je suis, ces dernières aiment toujours trouver un moyen pour devenir le leader mondial ou français dans un domaine.

Pour moi et je parle personnellement, on peut être leader de quelque chose de toutes les façons, il suffit de formuler la force de vente comme on veut, d’ailleurs, ce mot est galvaudé comme pas mal. Tenez, par exemple, Wall Street est leader mondial du mensonge et du braquage selon certains et dans un sens, ce n’est pas faux, par contre d’autres diront qu’ils sont leader financier, bref, on peut tourner les phrases à notre guise, si je vous disais que ma propre société a changé en espace de dix ans son slogan pour rester toujours leader mondial et il a fallu changer les plaquettes et tout le reste pour se mettre à la page en interne. Comme on dit, c’est le business, il faut savoir se vendre. C’est un peu malheureux à dire, mais c’est exactement ce que j’ai fait en tant qu’étudiant pour chercher mon premier boulot, j’avais des connaissances théoriques dans un domaine et je me présentais comme quelqu’un qui avait 5 ans d’expériences, c’est ridicule je sais mais hélas, nous sommes pour la plupart des acteurs dans une pièce de théâtre du matin au soir à notre travail.

Donc, je ne m’étendrai pas personnellement sur l’aspect leader n° 1, selon eux, ils le sont dans un domaine précis peut-être, selon d’autres peut-être pas.

Pour ce qui est de mettre des électrodes dans un flacon de 30 ml, je ne pense pas qu’ils procèdent de cette manière, du moins c’est une supposition, il me semble plus probable de fabriquer dans des récipients suffisamment importants (par exemple 5 gallons, comme fait la société américaine PII) et ensuite transférer l’argent colloïdal dans des petits flacons de 30 ml ou 500 ml. Aujourd’hui, aux États Unis, il existe des procédés simples avec la méthode LVDC (comme j’ai lu dans un des mails que vous vous êtes échangés) qui peuvent fabriquer de façon industrielle de très grande quantité d’argent colloïdal. Ce qui répond peut-être à vos interrogations concernant la capacité de produire en très grande quantité dans une seule journée. Il faut bien croire les gens tant que le contraire n’a pas été démontré, après tout, la présomption d’innocence devrait être vraie pour nous tous. Avant de prouver que je suis un salaud, j’espère qu’on me considérera innocent jusqu’à ce que le contraire soit mis à la lumière. Et puis, j’imagine que s’ils ont un procédé spécial, ils ne vont pas divulguer à tout le monde leur secret ou pas. Maintenant qu’il y ait des contradictions dans le discours, cela certainement dénote quelque chose.

En ce qui concerne leur site qui existe depuis janvier de cette année, ce n’est pas impossible d’avoir une entreprise destinée aux professionnels et une autre démarrée récemment à destination des particuliers. Cela ne me paraît pas incompatible. Par contre je n’ai pas fait d’investigation, d’ailleurs, ce n’est pas mon rôle pour vérifier s’il y a eu ou il y a une autre société destinée aux professionnels.

Pour ce qui est du matériel pour vérifier la taille des particules, la personne qui m’a répondu par courrier m’a dit qu’elle avait des contacts à Toulouse dans un laboratoire de recherche qui possédait le matériel adéquat pour faire les mesures. Cela ne me semble pas non plus incompatible, je peux également si je le souhaite contacter des personnes par le biais des anciens élèves de Pierre et Marie Curie et avoir des contacts pour faire mesurer ou étudier ma propre solution, d’ailleurs deux de mes copains que j’ai perdus de vu dont un était chimiste normalien dans un laboratoire à Jussieu et l’autre physicien dans le domaine de la quantique à Orsay. Je ne le ferai pas car il est inutile de les déranger pour si peu.

En fin, je terminerai en disant, qu’il ne faille pas trop dépenser des sommes astronomiques, car le procédé LVDC pour fabriquer de l’argent colloïdal reste à portée de tout le monde et est aussi efficace que toute autre méthode vantée par toute autre société Leader dans un quelconque domaine. D’ailleurs, je compte bien rapporter quelques  miracles simples effectués par le Doctor Becker dans les années 70 avec le procédé LVDC, que j’ai lus avec délectation dans le livre « The Body electric ».

Cela n’empêche pas les personnes qui ne veulent pas se lancer dans la fabrication de se poser des questions sur les sites marchands qui prétendent vendre un produit digne de ce nom. Seule l’expérience peut justifier si une solution est efficace ou pas et même dans ce cas il faut veiller que cela dure dans le temps, autrement dit, une société peut-être rachetée par une autre et le produit se dégrader ou s’améliorer.

Cordialement,

* PS : Depuis l’écriture de cet article, le site a été changé et la page « liens » a été supprimée ainsi que son contenu (4 mars 2012).

=> AC : Les risques liés à l’argent colloïdal quand il devient un produit commercial suite (II)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Questions, Risques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.