AC : Nouveau tableau récapitulatif de fabrication d'argent ionique (colloïdal)

Bon, je vous avais promis de vous faire part de mes nouvelles techniques de fabrication et notamment avec le composant électronique dont je vous ai déjà parlé dans cet article Composants électroniques pour améliorer la fabrication d’argent colloïdal par la méthode LVDC. Mon objectif est premièrement d’intervenir le moins possible pour nettoyer les électrodes en argent, secundo, de laisser le moins possible à l’air la solution, tertio, de mettre en bouteille aussitôt, en somme, si j’interviens aucunement dans le procédé de fabrication, à part mettre mon eau distillée, brancher mes électrodes, fermer le couvercle et puis au bout d’un certain temps retirer les électrodes et verser ma solution dans une bouteille, je serai satisfait.

Bien évidemment, cet article est plus destiné aux personnes qui ont opté comme moi de fabriquer leur appareil sans avoir recours à un appareil du commerce, voire acheter une solution toute faite sur internet.

Bon, alors j’y suis arrivé très récemment après plusieurs expérimentations. J’utilise donc une eau distillée passée par le déioniseur (voir les différents articles sur comment purifier l’eau), que je verse dans mon bécher de 75 cl, j’introduis mes électrodes 99,99% (que j’ai déjà citées dans un des articles) je ferme le couvercle et je branche les électrodes au composant électronique, le tout branché sur du 36 volt (4 piles de 9 volts). Si je ne veux pas intervenir aucunement, pour atteindre 1 ppm, il me faut 12 heures, sinon, je branche mes électrodes sur la source d’alimentation de 36 volts sans passer par mon composant et je change la polarité au bout de 40 minutes, donc en tout il me faut 1h20 pour atteindre 1 ppm.

Une fois que la concentration a atteint 1 ppm, je branche ma source d’alimentation de 36 volts sur le composant et le tout branché sur mes électrodes et je peux partir m’occuper de tout un tas de choses, je sais que si je reviens 12 heures après, j’ai du 6~7 ppm, si je veux, je peux laisser plus longtemps. Pas une fois, j’interviens pour nettoyer mes électrodes et je n’ouvre pas le couvercle. A ce stade, j’utilise de temps en temps un agitateur à balancement, je pose le bécher sur ce dernier qui balance. Mais l’agitateur n’est pas nécessaire. Avec ce procédé, j’ai constaté que les électrodes même branchées pendant 24 heures ne noircissent pas (si la source d’alimentation est égale à 36 volts).

Si toute fois, je constate qu’il y a un dépôt d’argent à la fin de ma fabrication, je laisse reposer l’ensemble pendant 15 minutes après avoir débranché  tout et en versant le contenu du bécher dans une bouteille, j’évite de renverser dans la bouteille, le dépôt argentique du bécher visible à l’œil nu.

Bon voilà, je suis assez content de mon procédé, j’ai essayé avec une source délivrant plus de 36 volt, par exemple 54 volts, les électrodes noircissent plus rapidement à partir d’une concentration de 1 ppm, ce qui m’oblige à intervenir pour les nettoyer. Grâce à ce procédé, je ne retire pas mes électrodes pour nettoyer donc j’interfère moins chimiquement avec la solution. Je n’utilise pas de filtre non plus. Bien évidemment, certains appareils du commerce sont destinés à délivrer ces fonctionnalités que j’évoque ici, c’est-à-dire préparer une solution ionique sans intervenir pendant quelques heures, mais je rappelle que dès le départ, je suis parti avec l’idée de comprendre et de procéder par expérimentation.

Donc à suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Fabrication, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.