AC : Les bienfaits thérapeutiques des bas de contention Juzo® en argent

Voilà, j’ai traduit un texte de l’anglais que vous trouverez au format pdf ici. Ce cas clinique a été traité au centre des blessés d’Akron General Medical.

Les propriétés antibactériennes et de guérison des ions d’argent ont été largement documentées. L’argent est un puissant agent bactéricide lorsqu’il est utilisé dans le traitement des brûlures, coupures, blessures et d’égouttage de lésions cutanées.

Les doses thérapeutiques de l’argent peuvent effectivement réduire le nombre de bactéries qui vivent sur une surface avant d’être stérilisée et en théorie permettre la guérison de la plaie. Pour les patients présentant des ulcères de jambe récurrentes, l’argent est seulement une partie du traitement.

Il est également possible que la réduction des bactéries sur la peau pourrait prévenir une dégradation future de la peau et une ulcération, comme il est bien établi que la colonisation du Staphylocoque doré est importante chez les patients avec une Dermatite atopique.

Les thérapies de contention ont été utilisées pour prévenir les pathologies veineuses. Les différents types de bas de contention sont utilisés pour diminuer la fréquence de réapparition des ulcères des jambes en réduisant la pression à l’intérieur des veines et en augmentant la vitesse du flux de sang veineux. Les inconvénients des thérapies de contention sont souvent dus à la difficulté d’enfiler les bas et de les porter à cause de la chaleur qui devient très désagréable. En combinant l’argent avec les techniques de contention, les bas assurent une certaine fraîcheur, diminuent l’aspect désagréable et préviennent la formation d’œdèmes tout en diminuant la fréquence de formation de plaies récurrentes.

Les preuves démontrant l’efficacité de bandages de contention munis de fils d’argent sont limitées à une seule étude qui présente la microcirculation de l’épiderme.

Une femme caucasienne âgée de 89 ans était suivie dans le centre des blessés d’Akron General Medical depuis le 2 novembre 2007. Sa principale plainte était la douleur. Depuis trois mois, le membre inférieur de sa jambe droite avait enflé et suintait avec une peau qui se craquelait.

Elle avait été sujette de par le passé, à de l’hypertension, aux maladies vasculaires et d’artère coronaire, aux ulcères chroniques aux jambes avec de la phlébothrombose, aux lymphœdèmes, avec des douleurs dans les jambes, avec une alternance de suintement de la peau et une sécheresse périodique et une perte de la mémoire due à un accident vasculaire cérébral.

La patiente est restée dans un établissement de soins prolongés. Au début, l’ouverture de son ulcère principal sur la jambe ne mesurait que 1.3cm sur 0.8cm sur 0.1cm. Il y avait un écoulement sérosanguinolent de façon modérée. Les bords de la plaie étaient lisses et le lit de la plaie contenait de tissus granuleux bien rouges et épais. La peau sur le membre affecté étant érythémateuse, il fallait la laisser se refroidir pour toucher. Les impulsions via Doppler ont été faibles.

Le traitement comprenait de la pommade hydratante sur la peau, un pansement à base d’ions d’argent et d’alginate (voir cette page http://www.cicatrisation.info/livre/module_2/leguyadec_pansement.htm) sur la plaie (changé trois fois par semaine), des compresses légères, surélévation du membre affecté lorsque la patiente était en position couchée, des déplacements fréquents avec de la thérapie physique, et des séances de 40 minutes tous les soirs de compressions pneumatiques en prévention de TVP.

Lors de la visite de suivi du 16 Novembre 2007, la blessure initiale avait été guérie. Quoiqu’une nouvelle blessure s’étant ouverte entre temps (1cm sur 0.5 cm sur 0.1 cm) avec un écoulement sérosanguinolent. Une évolution de la dermatite de la peau de la jambe droite s’est accentuée avec notamment une enflure importante. Cependant, la douleur était devenue modérée selon la patiente.

La patiente a été traitée à nouveau avec le même pansement à base d’ions d’argent et d’alginate sur la plaie ouverte (changé trois fois par semaine), ainsi qu’une crème corticostéroïde appliquée deux fois par jour et un dispositif de contention à quatre couches, qui a permis de diminuer l’œdème. Bien que l’ulcère ait été guéri, des changements au niveau de la peau, tels qu’une croissance de l’épaisseur de la taille de la jambe, suintement et une pigmentation due aux dépôts d’hémosidérine lors de la visite du 30 novembre 2007 étaient visibles.

A ce moment là, des bas de contention Juzo® ont été mis à la jambe de la patiente pendant sept jours, après quoi, la taille de l’épaisseur de la jambe est redevenue normale, le suintement devint beaucoup moins important, la coloration de la peau changea pour redevenir normale, par contre l’œdème resta inchangé. La patiente ne soufrait plus d’aucune douleur.

Après avoir porté les bas de contention Juzo® (fabriqué avec la technologie X-Static®) pour une nouvelle période de sept jour tout en les retirant la nuit, la patiente ne présentait plus aucune ulcération, de suintement, de grosseur dans la jambe, de peau craquelée ou des lymphœdèmes.

Les déclarations de la patiente et de la famille ont été les suivantes : « les bas de contention sont agréables à porter » et « les jambes de ma mère se portent à merveille ». Les bas de contention Juzo® garnis avec des fibres d’argent (fabriqué avec la technologie X-Static®) ont permis de guérir la peau de la patiente en enrayant les lymphœdèmes et prévenir les ulcération répétitives ainsi que soulager la douleur.

Les facteurs qui ont permis de guérir, peuvent être attribués à l’utilisation de l’argent métal dans les bas de contention, la conformité et le confort  des bas de contention et l’aide prolongée apportée par le personnel soignant.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.