AC : Les ions Ag+ dans le corps humain suite à une prise d’argent ionique ou colloïdal suite (3)

Dans cet article, je continue la série des articles au sujet du devenir des ions d’argent Ag+ dans le corps humain. De manière synthétique, selon le site http://www.silver-colloids.com les ions Ag+ une fois dans le corps se combinent avec des chlorures et forment des sels d’argent, donc deviennent inutiles pour l’organisme. Selon le site http://www.silver100.com/ ces ions peuvent être encapsulés avec des molécules de citrate et de potassium afin d’être transportés au travers du corps humain et être relâchés dans le sang pour leur efficacité thérapeutique. Maintenant, le site http://health2us.com nous propose une autre explication au sujet des ions d’argent et leur devenir dans le corps humain et dans cet article, nous allons regarder leur explication de près.

Selon health2us, les ions métalliques, qu’ils soient solitaires ou libérés par des sels solubles dissous dans l’eau sont absorbés de manière sublinguale et combinés avec des ligands dans la salive, généralement des métalloprotéines. C’est d’ailleurs la principale raison pour la quelle il faut bien mastiquer.

La Metallothionéine (MT) est une molécule relativement petite qui lie les métaux lourds y compris l’argent, le cadmium, le fer, le cuivre et le zinc, et dont la plupart des cellules dans notre corps sont constituées.

Notre salive compte plus de 200 protéines différentes et dont un tiers transportent des ions métalliques. Ainsi, les ions réactifs (qui manquent un ou plusieurs électrons) peuvent être transportés à travers l’estomac et dans le système sanguin, sans réagir avec d’autres ions comme le chlorure.

Le principe d’encapsulation des métaux permet même à une métalloprotéine zinc de se combiner avec les ions d’argent et ensuite de libérer l’ion de zinc. L’ion de zinc libéré serait toxique s’il était autorisé à s’accumuler, se lie à un élément métallique de type régulateur dans la région promotrice du gène de la métallothionéine et accélère la synthèse d’autres métallothionéines.

Le transport transmembranaire des ions ou des molécules, un processus essentiel dans la fourniture d’énergie pour les fonctions des cellules, est réalisée par des macromolécules formant des pores capables de distinguer entre les ions similaires et répondre aux changements de potentiel d’une membrane. Il est largement reconnu que les canaux ioniques sont exclusivement des protéines, qui arrivent dans les cellules.

L’enzyme Ag+-exporting ATPase de la famille des hydrolases est un catalyseur qui permet les déplacements transmembranaires de substances. Le mécanisme de pompe ionique utilise l’énergie de l’ATP (dans ce cas, notre enzyme) pour faire pénétrer les  ions à travers la membrane cellulaire, contrairement à un mode de diffusion passive, dans ce cas, la protéine (dans la membrane cellulaire) qui permet ce type de transport est appelé un canal ionique.

Après ces explications ardues, il faut retenir que la société health2us spécialisée d’avantages dans la production d’argent ionique promeut sur son site le bien fait des ions d’argent et le transport de ces derniers vers les cellules malades grâce au transport transmembranaire à l’aide des protéines et des enzymes.

Il ne me reste plus qu’un article pour conclure sur le devenir des ions Ag+ dans le corps humain et donc à finir …

=> AC : Les ions Ag+ dans le corps humain suite à une prise d’argent ionique ou colloïdal suite et fin


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Fabrication, Questions, Risques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.