AC : Témoignage tiré du livre de Frank Goldman concernant la Sclérose en plaques soignée avec de l'argent colloïdal

Bon, dans cet article, je ne vais pas me fatiguer trop comme tous les autres articles tirés sur livre de Frank Goldman. Je vais juste rapporter un cas de témoignage de Sclérose en plaques soignée avec de l’argent colloïdal. Qu’est ce la Sclérose en plaques?

C’est une maladie chronique lente du système nerveux central, sans cause spécifique identifiée, entraînant une paralysie progressive. Il y a destruction de la myéline (substance qui forme un manchon autour de certaines fibres nerveuses) qui est alors remplacée par du tissu cicatriciel formant des plaques de sclérose; il y a aussi inflammation de la matière blanche du cerveau. La sclérose en plaques est divisée en plusieurs catégories selon son développement clinique : bénigne, rechute-rémission (la plus courante), progressive primaire et progressive secondaire. II n’y a pas de traitement curatif (seulement des médicaments pour traiter les symptômes).

Je cite

Je suis âgée de cinquante neuf ans et souffre depuis trente et un ans d’une sclérose en plaques de type rechute-rémission. Vers 1995, elle est passée au stade de sclérose progressive secondaire. Ainsi a commencé la longue route du déclin. Cela s’aggravait de jour en jour. Quand j’ai découvert l’argent colloïdal, je pouvais à peine marcher. Les pronostics étaient très mauvais. Je connaissais déjà certaines propriétés de l’argent et j’ai commencé à me documenter sur l’argent colloïdal. Qu’avais-je à perdre ? J’ai commencé à en boire un demi-litre par jour. Pendant les trois premiers mois j’ai utilisé « Smith Silver Water », après quoi j’ai compris qu’à long terme cela me reviendrait moins cher de le fabriquer moi même. J’ai acheté un appareil HVAC de CS Prosystems. J’ai commencé à remarquer un changement au bout de trois semaines. Au bout d’un an, j’ai atteint un plateau. Je
ne m’améliorais plus, mais mon état ne s’est jamais dégradé.

Extraits de mon journal :
Août 2000 : Je prends du Betaseron* depuis son arrivée sur le marché, c’est-à-dire depuis six ou sept ans. Il a donné le résultat escompté et depuis le début des piqûres je n’ai plus eu d’exacerbations. Cependant, de nouveaux symptômes viennent chaque jour s’ajouter à la liste.
Ma main droite est engourdie, mes pieds, mes orteils en particulier, sont engourdis. Quand j’ai chaud ou que je suis fatiguée, j’ai du mal à soulever ma jambe gauche. Après une journée de travail je rampe littéralement jusqu’à ma voiture. Je dois tout le temps me tenir à un mur. Je ne peux même pas monter sur un trottoir sans me tenir à quelqu’un ou à quelque chose. Je devrais me décider à utiliser une canne.
Si je suis assise par terre, par exemple pour jouer avec mes petits-enfants, je dois d’abord me mettre à genoux, puis à quatre pattes, avant de pouvoir enfin me relever. Comme une vache ! La nuit, je me paralyse. Il me faut faire un violent effort pour me retourner dans le lit. La nuit, je dois utiliser une canne pour aller aux toilettes. Je n’ai que trois mètres à faire, mais j’ai l’impression de parcourir un kilomètre. Je commence à boire 60 ml d’argent colloïdal deux fois par jour, le matin et vers 15 heures.
4e jour : Je commence à boire 250 ml d’argent colloïdal deux fois par jour. II me semble avoir davantage d’énergie.
12e jour : La paralysie nocturne semble diminuer. Je peux sortir du lit un peu plus facilement.
14-18e Jours : J’ai des fourmis dans les doigts et les orteils. Ils me font mal.
21e Jour : Je sors du lit beaucoup plus facilement et beaucoup plus vite. Au travail, j’ai grimpé à une échelle. Je peux marcher jusqu’à ma voiture sans me tenir au mur.
4e semaine : Mes jambes m’ont fait mal toute la nuit. C’était très douloureux. Je devais me retenir pour ne pas crier. Le lendemain matin j’ai pu marcher plus longtemps que je ne l’avais fait depuis des années. Je me sens de plus en plus forte.
10e semaine : Chaque jour je remarque quelques petits changements.
12e semaine : Je me sens comme une chenille dans un cocon. Je me demande si elle souffre durant la métamorphose. Je soulève un lourd récipient sans même y penser. Pendant des années, c’est quelque chose que je n’ai jamais osé faire, car j’aurais laissé tomber les objets.

Il est absolument impossible que je puisse travailler autant d’heures pendant les fêtes de Noël sans l’action de l’argent colloïdal. L’année dernière, j’avais dû mettre ma chemise « refroidissante » toute la journée, chaque jour ; et au moment de rentrer, c’est à peine si je pouvais me traîner jusqu’à la voiture. Il me fallait m’accrocher au bâtiment pour tourner le coin et monter dans la voiture. Pour rentrer chez moi, j’avais monté les marches à quatre pattes.

Cette année je n’ai pas porté une seule fois ma chemise « refroidissante ». Je marche normalement jusqu’à ma voiture et les marches ne sont pas un gros problème. J’ai travaillé bien davantage.

14e semaine : J’ai commencé à fabriquer moi-même mon argent colloïdal depuis environ trois semaines. Il me semble que l’appareil avait un problème et j’ai dû le renvoyer au fabricant.
Pendant une semaine j’ai bu de l’eau qui ne contenait pratiquement pas d’argent. Et au bout de cette semaine, je m’en suis aperçue ! J’ai commencé à régresser. Heureusement, le problème a été réglé en quelques jours.

20e semaine : La semaine de Noël. J’ai eu seize personnes à dîner pour le réveillon, sept le jour de Noël et j’ai travaillé onze heures le lendemain de Noël. Je n’arrive même pas à me rappeler d’une époque où j’ai pu faire la même chose. Mon niveau d’énergie est très élevé !
24e semaine : Il semble que la progression se soit arrêtée ces dernières semaines. C’est le statu quo. Je bois au minimum un demi-litre d’argent colloïdal par jour. Certains jours, quand j’ai beaucoup de choses à faire, j’en bois 700 ml.
28e semaine : Je bois 700 ml d’argent colloïdal presque chaque jour. La paralysie nocturne diminue. La plupart des parties engourdies de mon corps ont retrouvé la sensation.

30e semaine : C’est incroyable, mais je me sens encore mieux. Je peux marcher presque instantanément quand je me lève après être restée assise assez longtemps à la même place.
Un an (août 2001) : Un an s’est écoulé et je dirais que j’ai à peu près 65 % d’amélioration. Si je puis rester ainsi, j’en serais extrêmement heureuse.

13e mois : Certains de mes amis de l’internet pensent que les électrolytes contenus dans Gatorade** amèneront l’argent plus rapidement dans le sang, sans qu’il ait besoin de traverser tout le système digestif pour commencer à agir.
14e mois : Je bois un mélange composé d’une partie d’argent colloïdal et deux parties de Gatorade. Le changement est incroyable. Je ne me souviens pas m’être sentie aussi bien de toute ma vie.

18e mois (février 2002) : J’ai découvert que l’on pouvait ajouter de l’eau oxygénée à l’argent colloïdal : une goutte de H2O2 à 3 % pour 60 ml d’argent colloïdal. J’ai appris que ceci fragmentait les minuscules particules d’argent en particules encore plus minuscules qui peuvent pénétrer plus rapidement dans la circulation. Au bout d’une semaine, j’ai commencé à ressentir à nouveau d’anciens symptômes. C’est ce que j’appelle une crise de guérison : les symptômes de sclérose en plaques se manifestaient pendant que le virus était en train de mourir et ce pathogène mourant irritait les nerfs. Ainsi, pendant deux à quatre jours on aurait dit que j’avais divers stades d’exacerbation. Mais cela ne durait pas.
21e mois (mai 2002) : Je suis sûre qu’il y a une méthode pour accélérer encore les choses. J’ai commencé à me documenter sur les perfusions intraveineuses. Il y a des cas où des malades du sida ou infectés par le virus HIV entrent en rémission au bout de trois perfusions.
Finalement, j’ai trouvé quelqu’un ayant un protocole pour infuser l’argent colloïdal par voie intraveineuse. J’ai aussi trouvé un docteur qui a accepté de travailler avec moi et d’essayer cette méthode.
23e mois (juillet 2002) :
− Première perfusion : 40 cm3 dans de l’eau distillée en 16 mn.
Produit utilisé : Argentyn 23, argent colloïdal de qualité pharmaceutique fabriqué par Natural Immunogenics. Le soir, « crise de guérison » ; jambes extrêmement lourdes (comme il y a deux ans); bout des doigts « morts ». Tout ceci s’est amélioré au quatrième jour.
− Deuxième perfusion une semaine plus tard : 50 cm3 en 20 mn. Mes jambes me font très mal. Mes doigts sont complètement morts. On dirait qu’ils ne sont plus là. Tout s’améliore au bout de trois jours.
− Troisième, quatrième et cinquième perfusions (60 cm3 en 24 mn), à une semaine d’intervalle l’une de l’autre. À chaque fois réapparaissent des symptômes que j’avais complètement oubliés ou que je n’avais pas attribués à la sclérose en plaques.

À présent je n’ai pratiquement plus de problèmes. Je ne ferai plus de perfusion mais continuerai de boire de l’argent colloïdal. Je crois aussi que la nébulisation pourrait être encore plus efficace que la perfusion, c’est une excellente méthode pour amener l’argent colloïdal dans le sang.

J’ai eu une IRM montrant qu’en août 2001, je n’avais plus la sclérose en plaques. Je n’avais pas eu de nouvelles lésions depuis plus d’un an. À cette époque, j’essayais de réparer les dégâts ; ils concernaient la myéline et non le système nerveux central; j’étais donc persuadée que je pouvais m’améliorer.
Réactions des médecins : mon médecin généraliste habituel (une jeune femme) a trouvé que c’était fantastique. Elle continue de m’interroger à ce sujet et a parlé de mon cas à un autre malade atteint de sclérose en plaques. Mon spécialiste de la sclérose (un homme de 63 ans) ne veut même pas m’écouter ; il dit que je suis simplement en rémission et que cela va revenir !! Nancy DeLise (nancymìke@prodigy.net)

*Le Betaseron est l’un des trois interférons donnés en médicament et qui est censé aider à éviter les exacerbations [aggravations passagères des symptômes]. Cela n’empêche pas les crises de se produire. Ces médicaments s’administrent en piqûres. Je devais subir une injection un jour sur deux et cela me revenait à 1000 $ par mois. Bien sûr, il sont accompagnés d’un dépliant de quatre pages imprimées en caractères minuscules énumérant les effets secondaires possibles ! Ces injections produisaient chez moi des migraines et un écoulement nasal.

**Une boisson utilisée par les sportifs pour augmenter leurs électrolytes (sels minéraux).


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Témoignages, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.