AC : Pourquoi utiliser une bouteille en verre teinté pour stocker son argent colloïdal

Revenons un peu sur le stockage de notre argent colloïdal. D’après le site http://www.silver-colloids.com. L’argent colloïdal produit par la méthode LVDC (voir l’article Méthodes de production de l’argent colloïdal pour plus de détail) est une solution d’argent ionique à 90% et de l’argent colloïdal à 10%. En effet, cette méthode utilisée par la plupart d’entre nous qui fabriquons notre propre solution colloïdale, voire même la plupart des professionnels produit des ions Ag+ (voir l’article Comment l’électrolyse produit des particules d’argent dans la fabrication de l’argent colloïdal pour plus de détail) en grande quantité et peu de particules d’argent colloïdal.

Ce qu’on sait, c’est que les métaux sont opaques à la lumière et la réfléchissent, autrement dit, la lumière vient réfléchisse sur les colloïdes d’argent que forment les particules d’argent en suspension dans la solution. Par contre, les cations Ag+ réagissent autrement à la lumière, n’étant pas des atomes d’argent, ces derniers ne réfléchissent pas la lumière mais grâce à elle, un électron est libéré et vient remplir la dernière couche électronique du cation pour redevenir un atome et de fil en aiguille, plusieurs atomes se retrouvent pour former des particules. Or à force d’être exposé à la lumière, ces particules s’agglutinent toujours grâce à la transformation des Ag+ en atome d’argent et puis en particules, pour former des grosses particules. Ces grosses particules forment la couleur jaunâtre qui au final rend la solution moins efficace (à cause de la grosseur des particules) en terme germicide.

La libération d’électrons appelés photo-électrons se fait sous irradiation ultraviolette, dans ce cas, un métal émet spontanément des électrons, cet effet est appelé effet photoélectrique. Il n’a lieu que pour une fréquence du rayonnement supérieur à un seuil (dépendant du métal) en dessous du seuil, l’effet photoélectrique ne se produit pas quelle que soit l’intensité du rayonnement. Le principe est très simple, la lumière entre en collision avec une surface métallique (ici dans notre cas des particules d’argent en suspension) en libérant des électrons, ces derniers viennent se conjuguer avec nos Ag+ pour produire encore d’autres atomes d’argent et ainsi de suite.

Si la solution ne contenait que très peu d’argent ionique mais d’avantages de colloïdes d’argent (des particules d’argent en suspension), il serait pas nécessaire de la stocker dans un verre teinté.

Pour information, j’ai mis dans un bocal en verre, un peu d’argent colloïdal de ma propre fabrication sur le bord de la fenêtre avec une exposition plein sud. Il est vrai qu’en ce moment, le temps n’est pas propice pour une exposition optimale à la lumière du soleil et en particulier aux rayons ultraviolets. Mais on verra bien, donc à suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Fabrication, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.