AC : Certaines maladies de peau guéries avec l'argent colloïdal sous la direction de Sir Malcolm Morris

Qui est Sir Malcolm Morris (1847-1924) ? Il était dermatologue spécialisé dans les infections cutanées.  Il a préfacé le livre du Doctor Searle écrit en 1919-1920 qui s’intitule « The use of colloids in health and disease ». Ci-dessous, je vous propose un extrait (tiré de la page 85 du livre) concernant certaines maladies de peau. Je vous donne l’extrait traduit par Google et moi même et le texte en anglais. J’espère que la traduction saura reproduire le sens exact du texte.

Texte traduit de l’anglais

Sir Malcolm Morris [1] a trouvé que l’argent colloïdal est exempte des inconvénients des autres préparations d’argent. A savoir, la douleur provoquée et la décoloration de la peau. En effet, au lieu de produire une irritation, il a un effet nettement apaisant. Il dompte rapidement l’inflammation et favorise la cicatrisation des lésions. Il a eu des résultats remarquables sur une prostate hypertrophiée avec irritation de la vessie, dans les traitements anti prurit anal et de l’eczéma périnéal, ainsi que les crises hémorroïdaires. Il peut être utilisé sous la forme de suppositoires tandis qu’une solution est en même temps appliquée sur la peau irritée. Contre la bromhidrose, sous les aisselles et pour les pieds, il soulage. Il provoque une disparition rapide des verrues. Il n’est pas toxique, il peut être administré à l’interne dans les crises d’urticaire et autres formes de dermatite qui sont évocateurs d’une toxémie. Dans un tel cas, il est rapidement bénéfique.

Fin

Texte en anglais

Sir Malcolm Morris [1] has found that colloidal silver is free from the drawbacks of other preparations of silver, viz. the pain caused and the discoloration of the skin ; indeed, instead of producing irritation it has a inflammation distinctly soothing effect. It rapidly subduesand promotes the healing of the lesions.

He has had remarkable results in enlarged prostate with irritation of the bladder, in pruritis ani and perineal eczema, and in haemorrhoids. It can be used in applied the form of suppositories whilst a solution is simultaneouslyto the irritated skin. In bromidrosis in the axillae and feet it quickly gives relief. It causes a rapid disappearance of warts. Being non-toxic, it can be given internally in urticaria and other forms of dermatitis which are suggestive of toxaemia. In such cases,it is quickly beneficial.

Fin

Ps :

S’il y a des écrits dans la littérature médicale depuis les expériences de Sir Malcolm Moris, qui viennent les contredire. Je n’en suis pas avisés. Cependant, comme Frank Goldman évoque dans son livre, sauf pour de l’argent colloïdal de forte concentration (de l’ordre de 500 ppm) comme il se pratiquait à l’époque (début du vingtième siècle) et en dehors des produits dérivés de l’argent comme le nitrate d’argent, l’argent colloïdal de faible concentration (en dessous de 50 ppm) et pur (obtenu grâce à la méthode électrique) n’a jamais fait de mal à personne, du moins ni lui, ni les autres scientifiques ou chercheurs n’en ont pas eu connaissance.

[1] Brit. Med. J., May 12, 1917.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Documentation, Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.