AC : Filtrer la solution d'argent colloïdal après fabrication

Depuis peu, vu la quantité d’argent colloïdal qu’on consomme dans la famille, je suis passé à la fabrication d’un litre avec des électrodes, pour de petites quantités, j’utilise les pièces d’argent toujours, plus pratique et je maîtrise mieux.

J’ai un peu peiné avec les électrodes, mais je crois que je commence à prendre le pli, dans un prochain message je vous exposerai en détail le principe de la fabrication d’un litre avec des électrodes (les électrodes proviennent du site dont j’ai déjà parlé dans un précédent message) mais pour le moment, j’ai découvert les vertus du Sopalin ou certainement du filtre à café, pour ceux ou celles qui boivent du café. En effet, il arrive souvent (hélas) lors de la fabrication qu’il y ait de la précipitation d’argent autour de l’anode (l’électrode « + » noircit et si on attend un peu trop avant de la nettoyer, il y a précipitation d’argent métallique tout autour) et si on remue avec un bâton en verre (à défaut en plastique) la solution pour disperser l’argent métallique, vous pouvez être sûr que l’argent métallique va se déposer au fond de la solution et au bout d’un temps de repos (après la fin de la fabrication) vous allez vous retrouver avec une solution jaunâtre, signe que les dépôts métalliques ont réagi avec les ions d’argent pour former des particules grossières et donc l’argent colloïdal produit perd de son efficacité germicide.

Dans le cas de précipitations, je ne remue pas la solution et laisse la gravité terrestre faire son boulot, c’est à dire que l’argent métallique précipité (de couleur noire) se met au fond du bocal et une fois que j’ai terminé de produire l’argent colloïdal avec la concentration voulue, je verse le contenu du bocal dans les pots à l’aide d’un entonnoir (en verre de préférence ou par défaut en plastique) le quel est recouvert d’un Sopalin, je laisse reposer comme d’habitude une bonne demie journée et je verse le contenu dans un verre, que constate-je ? la solution est aussi limpide que l’eau, d’ailleurs une expérience simple, je présente deux verres à un de mes gamins qui ne prend l’argent colloïdal qu’avec un verre d’eau et il me demande c’est le quel, le verre d’eau ?

Bien évidemment, maintenant qu’il y ait beaucoup de précipitations (cela arrive quasiment jamais avec les pièces d’argent, car je maîtrise le procédé) ou pas du tout, je passe quand même par la phase du filtrage grâce au Sopalin recouvrant l’entonnoir, parce que, dans le processus de fabrication il y a toujours lors des manipulations multiples de nettoyage des électrodes des cochonneries qui viennent se mettre dans la solution comme un poil ou une poussière et le fait de filtrer la solution avant de mettre dans les bouteilles permet de s’en débarrasser.

Personnellement, je n’ai pas de filtres à café, certainement que le filtre à café devrait agir de la même manière que le Sopalin, voir encore mieux. A vous d’expérimenter. Pour ceux ou celles qui ont acheté des appareils tout fait pour fabriquer l’argent colloïdal, vous ne devriez pas avoir de souci de précipitations d’argent métallique autour de l’anode, quoique, toujours est-il qu’ici, je vous donne un principe simple et testé qui permet d’éviter une solution jaunâtre qui est signe d’une qualité moindre. Bien évidemment, dès la fin de la fabrication, il faut filtrer, si vous laissez reposer la solution d’argent colloïdal avec vos dépôts d’argent métalliques au fond de la solution, en quelques heures, vous aurez des grosses particules.

PS : Il est toujours mieux de surveiller les électrodes pour éviter que l’argent métallique vienne s’encrasser autour d’elles. Bien évidemment, ici je parle de la méthode LVDC que je pratique, pour plus d’informations sur cette méthode, voir les messages précédents.

Par mesure d’hygiène, il faut nettoyer le filtre avec de l’eau distillée avant l’utilisation.

=> AC : Filtrer la solution d’argent colloïdal après fabrication suite et fin


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Fabrication, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.