AC : Mécanismes d'action de l'argent colloïdal

Dans ce message, je vais aborder comment l’argent colloïdal agit sur l’organisme et pour cela je vais m’aider du livre de Frank Goldman. L’auteur rapporte dans son livre :

Un des mécanismes généralement reconnu est l’interaction des métaux avec les parois cellulaires. L’argent a une très grande affinité pour les protéines et se lie facilement avec les anions, les groupes sulfhydriles et les enzymes. L’argent réagit essentiellement avec la paroi cellulaire de la bactérie. Celle-ci est constituée de protéines liées par des amino-acides pour lui donner de la résistance et de la stabilité. Ces protéines structurelles sont appelées « peptidoglycans ». L’argent régit avec les peptidoglycans exposés en bloquant leur capacité à transférer l’oxygène (énergie) dans la cellule et de ce fait inactive les bactéries qui finissent par mourir… Les cellules des mammifères sont protégées par un revêtement complètement différent des « peptidoglycans » sur lequel l’argent n’a aucun effet. Toute cellule qui ne possède pas une paroi résistante au niveau chimique est vulnérable à l’action de l’argent. Ceci comprend toutes les bactéries et d’autres organismes dépourvus de parois cellulaires, par exemple les virus extracellulaires (voir dans le message Bibliographie sur l’argent colloïdal Silver the Healthy Metal, The silver Institute Newsletter, 31 december 1999) .


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Traitements, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.